Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Points de vue

La fin de vie du Prophète de l’islam : les mythes d’Hela Ouardi

Rédigé par | Vendredi 18 Mars 2016 à 10:30

           


Intituler un article « La vraie mort de Mahomet » nous semble quelque peu prétentieux pour un article qui, justement, tente d’apporter une approche scientifique à la mort du Prophète de l’islam. Car nous savons pertinemment qu’aucune science n’est exacte et qu’aucune science ne peut prétendre monopoliser le savoir. L’interview accordée par la chercheure tunisienne Hela Ouardi au Point nous interpelle tout particulièrement sur les inexactitudes dont cette dernière fait preuve.

A la lecture de l’interview, on s’aperçoit que les sources fondamentales de la chercheure sont le Coran et les Traditions et paroles rapportées du Prophète Muhammad. D’ores et déjà, nous pouvons émettre un léger clignement de sourcils en se posant la question de l’authenticité des paroles rapportées. Tout islamologue le sait, les paroles rapportées sont à analyser au regard de deux conditions d’authenticité : une condition objective (semblent-elles cohérentes avec la période historique, la localisation du Prophète ? sont-elles relayées par un personnage fiable de l’histoire de l’islam ? etc.) mais également une condition subjective (semblent-elles cohérentes avec la personnalité du Prophète ?).

Or, l’auteure ne prétend pas avoir distingué ces deux conditions préalables, ce qui présupposent déjà que les paroles rapportées qui ont été utilisées par ses soins soient celles qui ont été ajoutées au fil du temps ou tout simplement inventées au cours de l’Histoire. Revenons toutefois sur la source fondamentale de l’auteure qui est le Coran. Elle affirme que c’est le premier calife Abu Bakr qui a donné un avenir à cette religion en lui procurant une « carrière universelle ». On sous-entend ainsi que, de l’Arabie, la religion s’est développée dans le monde entier. Or, l’universalité d’une religion s’apprécie en fonction du fond de la source et non du développement extrinsèque de la religion. Dans le Coran, Dieu dit déjà à Muhammad qu’il « a parachevé la religion » et l’a rendue universelle.

Nous ne comprenons alors pas pourquoi les auteurs ont tant besoin de s’accrocher sur l’histoire du développement de l’islam pour parler d’universalité plutôt que sur le fond des versets coraniques qui ont le mérite de ne pas parler au Dieu d’une catégorie de personnes visée, mais à un Dieu, égal et unique pour tous.

Pourquoi vouloir donner une dimension violente à l'histoire de l'islam ?

Ensuite, l’auteure passe à la dévolution du pouvoir dans l’islam qu’elle estime être une « affaire de famille ». Or, l’islam interdit l’atavisme, autrement dit la succession héréditaire du pouvoir. Les califes de l’islam ont toujours été élus par les musulmans de façon directe et en conséquence, de manière démocratique. Il s’agit d’ailleurs de la manière prescrite par le Coran : les califes ont toujours été choisis parce qu’ils étaient des modèles de piété pour les musulmans et qu’ils entretenaient une relation forte avec l’histoire de l’islam.

En réalité, ces derniers temps, on voit tout un mouvement qui souhaite donner une dimension politique et violente à l’islam. Toutefois, ce mouvement ne prend pas en considération, comme le fait remarquer Rachid Benzine, le contexte historique des sociétés de l’époque. Cette façon de regarder l’histoire en fonction du fantasme de la suprématie des droits de l’homme est aussi biaisée que de comparer la société du XIXe siècle avec celle d’aujourd’hui puisque beaucoup de choses ont évolué et pas nécessairement dans un sens favorable.

En sus de cette négligence répétée des contextes historiques s’ajoute une méconnaissance profonde du personnage qu’était le Prophète de l’islam. S’il avait voulu faire de l’islam non pas une religion mais un instrument de domination, pourquoi eût-il refusé la proposition des chefs de la Mecque lui proposant fortune, femmes et prospérité ? N’aurait-il pas accepté sans réserve ?

Au contraire, la grandeur de ce personnage résulte dans la réponse qu’il a formulé : « Quand bien même vous placeriez la lune dans ma main droite et le soleil dans ma main gauche, même à ce moment-là, je ne m’arrêterai pas de diffuser le message divin que Dieu me demande de proclamer ». Etrange ironie du sort, l’auteure ne semble mentionner aucune parole du Prophète allant dans le sens d’un contre argumentaire à la politisation inhérente de l’islam.

*****
Asif Arif est avocat au Barreau de Paris, enseignant en Libertés Publiques et directeur du site Cultures & Croyances. Auteur d'un ouvrage sur l'Ahmadiyya, il publie prochainement un livre comprenant 50 fiches sur la laïcité aux éditions Bréal.


Asif Arif
Asif Arif est avocat au Barreau de Paris, auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam, le terrorisme... En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Hela Ouardi le 19/03/2016 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avant de vous emporter je vous conseille de lire mon livre. Vous qui semblez connaître le Prophète et sa personnalité, je me demande sur quelles sources repose cette connaissance qui vous autorise à stigmatiser un livre que vous n'avez pas lu (et qui contient près de 150 pages de notes renvoyant aux sources les plus anciennes de la Tradition). Lisez le livre puis écrivez un article pour me répondre point par point. C'est un défi que je vous lance. Je crois que vous n'exercez pas au barreau de Paris mais à l'Inquisition !

2.Posté par ismael le 21/03/2016 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut faire aussi attention aux raccourcis historiques. Je n'ai pas lu le livre de cette chercheuse mais vous pour le coup assénez des contrevérités à savoir la transmission du pouvoir politique. En effet, dans l'histoire très peu de pouvoirs ont respecté le principe de choura évoqué dans le Coran et ce dès mouawiyya avec son fils yazid de son vivant qui institua de fait un monarchie héréditaire ce qui a valu des soulèvements avec l'assassinats d'enfants de compagnon à médine ainsi que celui de houssein (petit fils du prophète sws). Il faut savoir raison garder et être prudent quand on veut contre argumenter sous l'effet de la passion en lieu et place de la raison.

3.Posté par Boualem le 24/03/2016 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Point.fr : Le vrai fondateur de l'islam n'est-il pas plutôt Abu Bakr?
Hela Ouardi : Effectivement, ...

Vous avez, Mme Ouardi, mis le Coran de coté et êtes passé à Abu Bakr en prétendant, "Effectivement", que c'est lui qui a fondé l'Islam. Dans votre réponse à Asif Arif, vous exigez de lui de lire votre livre et vous rappelez le nombre de pages "150" !!!!
Alors de grâce, 150 pages c'est plus important, au moins du point de vue nombre de pages, que le Coran. Scientifiquement !! arithmétiquement !! parlant c'est certainement pas le cas.
Vous donnez impression de faire une découverte "scientifique", alors que vous ne citez que dés choses connues " voir le point.fr : On peut penser qu'il y a là un début de vérité" !!!
incroyable !!

4.Posté par Fadhel LAALAI le 29/03/2016 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet ouvrage se prétend scientifique ;mais, la récurrence du conditionnel seule est significative,sans compter les invraisemblances comme quoi le Prophète (sAws) serait mort à Gaza alors que toutes les preuves concordent pour sa mort à Médine..D'autre part,je ne sais quel est le document prouvant la décomposition de son corps qui est une vue de profane..En effet,Ali et Ibn Abbas (rAa)avaient accompagné le Prophète (sAws) dans ses derniers instants ici-bas et savaient bien que celui-ci avait affirmé que la putréfaction ne touchait jamais les corps des prophètes.Les chiites avaient aussi mis en cause cette mort et l'ont attribuée à l'empoisonnement par Aicha,fille d'Abou Bakr(rAa).En tout cas,voilà un livre qui devrait être sponsorisé par les pan-islamophobes.La preuve,c'est que la seule interview a été dépêchée par le Point. ,Seul le Sénégal a réagi officiellement.Bien entendu,il ne faut pas compter sur le régime vendu tunisien..

5.Posté par Abdel Ness le 30/03/2016 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les commentaire et cet article ne m'étonnent pas, le coran vous le dit, nous le dit, lisez, renseignez vous, cultivez vous.
Vous préférez critiquer plutôt que d'apprendre. J'ai lu le livre, j'ai vérifier chacune des sources et je confirme qu'elles tiennent la route.
Vous vous arrêtez à "livre scientifique", lisez le, vous parlez dans le vent, critiquer sans l'avoir lu.
Vous idolâtrez le prophète sws, n'est ce pas là une erreur ? Quelque chose qui puisse faire sortir de l'Islam ?
Mohamed SWS était prophète mais surtout être humain, et un homme malade s'affaibli, son entourage en a profité, pour les raisons qu'on connait.
Quand Allah dit que le prophète à parachevé la religion, cela veut dire qu'elle est complète, qu'il n'y a plus rien à ajouter. Après il a fallu la répandre, et Abu Bakr a fait ce travail.
Arrêtez de penser "sunnite" "chîte" et pensez comme des musulmans, Aucun commentaire ni même cet article sont crédibles.

6.Posté par Fadhel LAALAI le 30/03/2016 20:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment d’après un commentaire peut-on savoir que quelqu’un a lu ou non le livre ,à moins de donner un détail qui n’est pas dans ce livre ?Dans ce cas,lequel ?On ne peut exiger de tout le monde de lire tous les livres qui paraissent.Les examens des spécialistes n’est-il pas déjà suffisant,ne serait-ce que pour les compétences ?Mettre vingt euros pour un navet,c’est bien cher payé. Dire : « j’ai vérifié les sources »,c’est comme si ,dans une démonstration de géométrie, un élève écrivait pour toute réponse : «j’ai bien vérifié ,tout est exact. ».D’autre part, certains qui s’arrogent le droit de donner des leçons à ceux qui peuvent être beaucoup plus qualifiés qu’eux peuvent ne donner que des signes de leur propre incurie.En effet,que penser de gens qui croient que l’entourage du Prophète ( sAws) est comparable à une cour de sultans ou de rois de France ou de n’importe quel dictateur arabe ou africain ?C’est justement là l’ignorance psychologique fondamentale de gens dominés par leurs tripes et qui ne savent pas ce qu’est une communauté de croyants soudée et intègre.

7.Posté par Abdel Ness le 31/03/2016 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est pas question de lire tous les livres qui paraissent, cependant, Il est légitime de donner un avis ou une critique sur un livre qu'on a lu, c'est la base, sinon on cela dépasse l'entendement.
Vous vous contentez de ce que vous savez, mois je dis non. Les "examens des spécialistes" ce n'est pas suffisant, je ne suis pas convaincu que nous ayons fait le tour sur la vie du prophète. Tous les jours il y a de nouveaux livres en rapport avec l'histoire, dans lesquels ont découvre; grâce à des recherches précises, de nouveaux détails sur tel ou tel personnage historique, cela enrichie le savoir de celui qui s'y intéresse.
Vous balayez un travail remarquable d'un simple revers.
Le prophète Mohamed SWS et ses compagnons sont des personnes qui ont réellement existé. Dire que ses compagnons et ceux qui ont suivi étaient des soudés et intègres prouve à quel point vous êtes endoctriné.
L’intelligence d'un homme se mesure aussi par sa capacité à douter, à se remettre en question.
A bon entendeur.

8.Posté par Khadija Nasser le 01/04/2016 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Abdel Ness Derrière un clavier,on est toujours plus fort et plus intelligent que les autres.Le tout,c'est de garder ses distances par rapport aux salles d'examens.Taxer de suite les autres commentateurs de stupides,sots et endoctrinés,c'est aller vite en besogne .Vous ne connaissez même pas leurs qualifications. C'est la paille et la poutre.Pour l'instant,aucun historien sérieux n'a salué cet ouvrage comme la révélation du siècle. .Quand des arguments sont douteux et fallacieux,le doute se porte d'abord sur ces arguments et non sur le centre de la thèse.Ce livre est à classer dans la catégorie des romans et ne peut figurer comme document historique..Aucune académie ne l'a salué comme tel.J'ai vérifié que M.Asil Arif a bien acheté l'ouvrage sur Amazon et a laissé un autre commentaire.C'est à consulter aussi.Si vous croyez que les musulmans manquent d'esprit critique,c'est qu'il faut revoir votre propre sectarisme.

9.Posté par HK le 26/04/2016 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je cite un passage de votre texte:
"Les califes de l’islam ont toujours été élus par les musulmans de façon directe et en conséquence, de manière démocratique. Il s’agit d’ailleurs de la manière prescrite par le Coran : les califes ont toujours été choisis parce qu’ils étaient des modèles de piété pour les musulmans et qu’ils entretenaient une relation forte avec l’histoire de l’islam."

D'où tenez vous que c'est la manière prescrite par le Coran? Pouvez-vous nous faire part d'extraits mentionnant cela?
Par-ailleurs vous semblez oublier que ni Abu Bakr, ni Omar n'ont fait l'objet d'un quelconque vote.

Salam.

10.Posté par Fadhel LAALAI le 27/04/2016 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A HK:Votre question est légitime et je vais essayer d’y répondre.Il n’y a pas de verset du Coran qui parle explicitement de succession.Le seul verset concerne la gestion des affaires de l’Etat qui doit être consultative .Le Coran ne précise pas comment on forme ce conseil consultatif.
J’écarte d’abord le chiisme qui impose l’hérédité et les références à des sources occultes.La gestion des affaires musulmanes doivent être formulée de manière transparente et claire et non par des initiés plus ou moins cachés,qu’il faut aller chercher je ne sais où.
1)Le sunnisme malikite préconise de choisir comme calife le candidat le plus compétent intellectuellement et moralement avec la plus grande connaissance religieuse de l’islam.En cas d’égalité,on choisit le plus âgé.Cette conception est donc loin du suffrage universel où ne compte que le nombre de voix,de n’importe quels citoyens ou citoyennes.Dans le sunnisme,c’est le conseil des ulémas inamovibles qui normalement fait le tri entre candidats.
2)Les chiites se sont révoltés et ont fait de véritables procès d’intention à Abou Bakr(rAa) et Omar(rAa).Ceux-ci ont délaissé précipitamment les funérailles du Prophète(sAws),parce que Omar(rAa) avait entendu dire que les Ansar et Mouhajiroune s’étaient réunis à la Saqîfa pour se partager le pouvoir.C’était donc une situation d’urgence,car cela pouvait dégénérer en guerre civile.Effectivement,c’était une véritable foire d’empoigne. Donc,on n’aurait écouté ni Abou Bakr ni Ali(rAa) s’il avait ét...  

11.Posté par Fadhel LAALAI le 28/04/2016 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ERRATA:doivent être formulée :doit; la Prophète:le Prophète(sAws).
Excusez-moi!

12.Posté par Amar le 24/05/2016 02:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un livre avec beaucoup de mensonge comme l'ont pu prouvu les commentaires ci dessous tous ce qui cherche c'est attirer l'attention pour se faire connaître car attaquer l'islam est devenu une tendances Ce qu'il cherchent à faire via des livres c'est juste égarés et dispersés les musulmans mais je pense qu'ont doit faire abstraction à ces livre ét ces personnes qui ne valent pas qu'on perdent notre temps VIVE L'ISLAM AUGMENTATION DE CONVERTI ÇA L'EST INQUIÈTE IL N'ONT RIEN VU CAR CA VA CONTINUER SALAM

13.Posté par Bouchoukh Rabah le 18/08/2016 00:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu le livre en question. Il faut tirer chèche à son auteure pour l'effort de documentation qu'elle a fait (dès les premières pages, j'ai sournoisement pensé, embobiné que je suis, que le livre a été produit par une équipe de spécialistes en "sabotage" et que l'auteure n'était qu'un prête-nom, étant donné le nombre impressionnant de références) Que l'on soit d'accord avec elle ou pas, il faut lui reconnaître le courage intellectuel dont elle a fait preuve en écrivant cet ouvrage et ce, en dépit de l'ambiance malsaine actuelle qui gangrène le monde musulman.
Le seul reproche que je pourrais faire à Hela Ouardi, moi qui ne suis qu'un musulman de Panurge puisque j'ai hérité de cette grande religion à ma naissance, c'est que, concernant la vie de Mohammed, elle cherche à connaître, en qualité d'historienne, les détails sur la vie et la mort de notre prophète comme si ce dernier était un cas spécial. A ma connaissance (très limitée), personne ne connaît dans les détails la vie et la mort de tous les prophètes qui ont précédé Mohammed. Personnellement, je suis curieux de connaître la date de naissance exacte d'Abraham, Moïse, Jésus, Job... ainsi que les noms et prénoms de leurs papas et mamans et si possible avec qui ils ont joué quand ils étaient enfants... De plus, une question me taraude l'esprit à propos de Moïse; où est-il allé après avoir abandonné les juifs à leur sort? Comment a-t-il passé le reste de sa vie? Comment est-il mort s'il est mort? Avait-il des amis? Si ou...