Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La Birmanie réhabilitée sur le dos de ses musulmans persécutés

Rédigé par La Rédaction | Mardi 21 Mai 2013



Accusée de nettoyage ethnique et de crimes contre l’humanité par Human Rights Watch (HRW), la Birmanie a pourtant réussi sa réhabilitation auprès de la communauté internationale sur le dos de ses minorités persécutées, dont les Rohingyas non reconnus par les autorités birmanes.

L’Union européenne avait dernièrement levé les sanctions économiques contre la Birmanie pour l’encourager dans son processus de démocratisation sans émettre de conditions de respect des droits de l’Homme.

Pour appuyer cette entreprise de réhabilitation, le président birman, Thein Sein, a cette fois été reçu par la Maison Blanche, lundi 20 mai, par Barack Obama. Une visite historique, Thein Sein étant le premier chef d'Etat birman à être reçu par les Etats-Unis depuis 47 ans.

Le président américain a salué les réformes économiques et politiques. Il a toutefois déclaré son inquiétude quant aux tensions intercommunautaires entre les bouddhistes et les minorités musulmanes de Birmanie, cibles d’une véritable campagne de haine dans le pays qui a été la source des violences redoublées depuis juin 2012 contre les Rohingyas.

Pour les défenseurs des droits de l’Homme, cette déclaration ne saurait suffire à mettre la pression sur les autorités birmanes. Une manifestation devant la Maison Blanche a été organisée pour dénoncer la normalisation des relations entre les Etats-Unis et la Birmanie.

Lire aussi :
Birmanie : reportage sur le massacre à huis-clos des Rohingyas
Birmanie : après les émeutes interreligieuses, sept musulmans condamnés
L’UE lève les sanctions contre la Birmanie, accusée de nettoyage ethnique
La Birmanie, coupable de crimes contre l’humanité envers les musulmans (HRW)
Birmanie : l'ONU peine à reconnaître le racisme anti-musulman
Birmanie : une musulmane poursuivie pour blasphème
Tariq Ramadan : la fraternité, un impératif face au massacre de musulmans en Birmanie