Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Karim Achoui à table avec Zemmour et Boutin, la LDJM dans la tourmente

Rédigé par | Mercredi 5 Février 2014



Karim Achoui aux côtés de Christine Boutin. En face, Eric Zemmour et David Genzel, lors d'un déjeuner le 30 janvier.
Karim Achoui aux côtés de Christine Boutin. En face, Eric Zemmour et David Genzel, lors d'un déjeuner le 30 janvier.
Karim Achoui est sous le feu des critiques depuis la diffusion d’une photo le montrant tout sourire aux côtés de Christine Boutin, ex-présidente du Parti chrétien-démocrate, mais également du polémiste Eric Zemmour et du bloggeur David Genzel, lors d’un déjeuner pris ensemblé jeudi 30 janvier.

La photo a été diffusée le jour même par Christine Boutin en personne via Twitter mais elle ne fait l'objet d'une controverse qu’en cette semaine du 3 février, une fois épinglée par Hicham Hamza, animateur du site Panamza. Ce qui prête à polémique : la rencontre du président de la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM) avec Eric Zemmour, dont la stigmatisation des immigrés ou encore des musulmans n'est pas étrangère au public. Lui est également reproché d’être attablé avec des personnes dont la proximité avec Israël, voire son allégeance, est connue bien que l'objet du déjeuner puisse être autre.

Christine Boutin, fervente militante contre la théorie du genre, est ainsi signataire du Pacte des Amis d'Israël tandis que David Genzel est décrit comme un proche de Pierre Dassas, présenté comme un des organisateurs du premier Congrès des Amis d'Israël en 2012. Mais pas uniquement : il est le président d'Elnet France, une association qui oeuvre pour le renforcement des relations entre la France et Israël, jusqu'à organiser un voyage dans l'Etat hébreu pour des parlementaires membres des Verts (EELV) en juin 2013.

Une polémique qui en rappelle une autre

Cette nouvelle polémique n’est pas sans rappeler la controverse suscitée par la présence de Habib Meyer, député de la 8e circonscription des Français établis à l’étranger (Israël compris), lors de l’inauguration de la LDJM. La présence de ce défenseur d’Israël à la soirée avait mené à la démission directe du co-fondateur de l’association, Farid Belkacemi, jugé responsable de sa venue.

Mourad Ghazli, un des soutiens de la première heure de Karim Achoui, a annoncé sa défection de la LDJM, lundi 3 février, sur l’antenne de Beur FM où il officie régulièrement en tant que chroniqueur. Pour le syndicaliste (SAT-RATP), également chef de file UDI à Thiais (Val-de-Marne) lors des prochaines municipales, des « lignes rouges » vers la compromission ont été franchies. « J'avais dit au président qu'une fois à la tête d'un tel combat, on n'est plus libre », a-t-il déclaré, fustigeant son déjeuner avec Eric Zemmour « l’islamophobe », Christine Boutin « qui ne veut pas reconnaître la Palestine » et David Genzel, un « sionard ».

« Je souhaite bonne chance à la LDJM » pour les combats judiciaires qu’elle mène contre Charlie Hebo ou encore Riposte Laïque « mais à partir d’aujourd’hui, c’est sans moi », a-t-il indiqué.

Karim Achoui ne s’est pas encore exprimé publiquement à ce sujet. Seul un statut, daté du 30 janvier, fait état d’un « déjeuner presque parfait » où il a eu « le plaisir de passer un délicieux moment avec Eric Zemmour » avec qui il « aime échanger ».

Karim Achoui à table avec Zemmour et Boutin, la LDJM dans la tourmente
« Il m'a apporté sa vision de la théorie du genre et de ses interrogations sur l'immixtion latente. (…) Au fil de nos phrases et des bouchées, je me suis positionné quant à notre combat avec la LDJM. Il m'a présenté ses observations quant au problème de l'intégration, soumis l'idée d'une francisation des prénoms, mouais...à voir. Quel que soit le débat, nous nous sommes mis d'accord sur un sujet: les musulmans ont le droit d'exister, de se revendiquer mais un travers est à éviter celui des guerres de religions », peut-on lire sur sa page Facebook.

Son « délicieux moment » pourrait lui coûter cher en terme d'image auprès de son public - du moins une partie - qui refuse une telle normalisation des relations.

Mise à jour vendredi 7 février : « "Mon oeuvre c'est la défense, pour le reste aucune sentence...'' ». C’est ainsi que Karim Achoui a répondu le 7 février à la polémique dans un message posté sur sa page Facebook. En voici la teneur.

Karim Achoui à table avec Zemmour et Boutin, la LDJM dans la tourmente
Le président de la LDJM se justifie en déclarant être « un défenseur » des musulmans, « non pas un représentant », et assume son déjeuner avec Eric Zemmour, « un historien et un journaliste dont les qualités sont reconnues », faisant fi de « sa vision de l'islam, ou de l'immigration ». Quant à ses relations avec des personnes soutenant Israël, il n'en dit rien. Les soutiens de la LDJM sont très nombreux à se laisser convaincre par ses propos et à lui apporter leur soutien. D'autres en revanche ne sont pas prêts à excuser son déjeuner et ses accointances, tel Mourad Ghazli qui a démissionné de la Ligue pour de bon.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur