Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Israël : un rassemblement contre la venue de Shimon Pérès en France

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 7 Mars 2013



Le président israélien Shimon Pérès est en tournée en Europe. Après une escale à Bruxelles, c’est à Paris et à Strasbourg, où se trouve le Parlement européen, que le dirigeant se rend, vendredi 8 mars. A ce titre, une rencontre officielle avec François Hollande est prévue à l’Elysée.

Par cette visite en Europe, Shimon Pérès espère convaincre les chefs d’Etats membres de l'Union européenne de placer le Hezbollah dans la liste des organisations terroristes.

« Par l’acceptation de cette visite officielle, la France encourage un régime qui multiplie les violations quotidiennes à l’encontre du peuple palestinien : occupation, colonisation, maintien sur toute la Palestine historique d’une véritable situation d’apartheid », dénoncent les associations de défense de la cause palestinienne, qui condamnent avec force la venue de Shimon Pérès sur le sol français.

« Il est impensable pour nous que l’Europe ou la France se laissent dicter leur politique extérieur par qui que ce soit, a fortiori quand il s’agit d’un criminel de guerre », ont-ils ajouté.

Dernièrement, l'UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) a rappelé, dans son rapport publié mercredi 6 mars, les mauvais traitements « répandus, systématiques et institutionnalisés » infligés aux mineurs palestiniens arrêtés par les soldats israéliens en Territoires occupés. Selon l'Unicef, environ 700 enfants palestiniens âgés d'entre 12 et 17 ans sont arrêtés, interrogés et détenus par Israël tous les ans, très souvent pour avoir jeté des pierres contre l'occupant.

Plusieurs associations appellent ainsi à un rassemblement près du siège du Parti socialiste vendredi 8 mars à 18h30.

Lire aussi :
Stéphane Hessel : un adieu national à l’indigné de la République
Les bus de l’apartheid en place en Israël
Stéphane Hessel, défenseur des Palestiniens, honni du CRIF et la LDJ
Israël accusé d’avoir torturé à mort un détenu, les Palestiniens en colère
Les « réseaux extrémistes » par Fourest : prière de ne rien dire contre Israël