Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Grèce : un membre du parti néo-nazi agresse deux députées (vidéo)

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 8 Juin 2012



En Grèce, la campagne législative vire à la violence. Ilias Kasidiaris, le porte-parole du groupuscule d’extrême-droite Chryssi Avghi (Aube dorée) a agressé violemment deux députées de gauche, jeudi 7 juin, en direct sur un plateau de télévision.

Au cours d’un débat houleux sur la chaîne Ant1, le porte parole néo-nazi s’est vivement emporté. Quand la députée de gauche radicale Rena Dourou a évoqué les poursuites lancées contre lui par la justice pour un vol à main armée en 2007, il lui a jeté un verre d’eau en pleine figure.

Indignée par ce geste, Liana Kanelli, une élue communiste, s’est levée pour protester. Ilias Kasidiaris l’a alors bousculée et lui a assené des gifles. Après cette agression, il s’est échappé du studio et a pris la fuite.

Le parquet d’Athènes a ordonné son arrestation, pour « tentative d’infliger un dangereux dommage corporel ». La police a émis un mandat d’arrêt contre lui. Il risque dix ans de prison.

Ces images ont choqué tout le pays. « Je demande aux citoyens qui ont voté pour Aube dorée de ne plus le faire », a déclaré Fofi Gennimata, une porte-parole du Parti socialiste (Pasok). Elle a ajouté que sa formation ne participerait plus à aucun débat auquel serait invité un représentant du parti d’extrême droite.

« Le gouvernement condamne de la façon la plus catégorique l’attaque menée par le porte-parole d’Aube dorée Ilias Kasidiaris contre Liana Kanelli et Rena Dourou », a déclaré le porte-parole du gouvernement intérimaire, Dimitris Tsiodras, qui a qualifié cette agression d’« attaque contre chaque citoyen ».

Pour sa part, Aube dorée estime que son porte-parole a été provoqué. « Si on veut que nous condamnions notre camarade à propos de cette affaire, il faudrait d’abord que nos adversaires condamnent le comportement de Kanelli et les insultes qu’elle a lancées », peut-on lire sur le site du parti d’extrême droite.

A l'approche des nouvelles élections législatives prévues pour le 17 juin, la tension est vive. Lors du dernier scrutin, le 6 mai, Aube doré avait fait irruption au parlement avec 6,9 % des voix mais le scrutin avait par la suite été annulé faute d’accord autour de la formation d’un gouvernement de coalition pour gérer la grave crise économique que traverse la Grèce.

Lire aussi :
Grèce : les néo-nazis et la gauche radicale font leur entrée au Parlement




Loading