Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

GB : des écoles accusées de radicalisme, les musulmans réfutent

Rédigé par La Rédaction | Lundi 16 Juin 2014



L’institution chargée d’inspecter les établissements scolaires en Grande-Bretagne, l’Ofted, a publié, lundi 9 juin, un rapport qui confirme, aux yeux des autorités, les soupçons de « radicalisme islamiste » dans plusieurs écoles publiques de Birmingham. Elle dénonce un « climat de peur et d’intimidation » qui y régnerait.

Sur les 21 établissements inspectés, cinq écoles dont le niveau avait été jugé bon ou exceptionnel, ont immédiatement été rétrogradées et vont faire l’objet de « mesures spéciales » avec une sixième école au niveau jugé inadapté. Ces écoles sont gérées de façon indépendante par des conseils d'administration mais n'en sont pas moins financées par l'État.

Dans les établissements mis en cause, l’enseignement a été jugé inadéquat aux principes promus par l'Éducation nationale britannique. Entre autres griefs, l'Ofted note des cours sur l’éducation sexuelle non conformes au programme, un enseignement religieux centré uniquement sur l’islam alors qu’il est censé couvrir toutes les religions, des cas de séparation physique des garçons et des filles dans des écoles mixtes, la diffusion d’appels à la prière dans les haut-parleurs... L'instance rapporte aussi l'organisation de pèlerinages (Omra) destinés uniquement aux élèves musulmans. Or, il est à rappeler que les Lieux saints de La Mecque et Médine sont interdits aux non musulmans.

Les écoles pointées du doigt réfutent fermement les accusations d’extrémisme et dénoncent un rapport aux conclusions hâtives. Le comité de direction du groupe scolaire Park View School, l’un des établissements incriminés, « conteste sans réserve » les conclusions du rapport et envisage un recours en justice.

Aucune preuve pour le MCB

Outre-Manche, au pays du multiculturalisme, l’affaire provoque un scandale politique. Après la publication du rapport, le gouvernement britannique a placé plusieurs écoles sous supervision. « Protéger nos enfants est l'une des premières missions du gouvernement et c'est pourquoi la question de la possible présence d'extrémisme islamiste dans des écoles de Birmingham nécessite une réponse forte », a déclaré le 9 juin le Premier ministre David Cameron.

Le ministère de l’Education a déclaré de son côté vouloir « créer et imposer de nouvelles règles rigoureuses afin que toutes les écoles britanniques promeuvent les valeurs britanniques fondamentales auprès des élèves ».

Les allégations d'extrémisme « n'ont pas été prouvées et la crainte désormais répandue est que les investigations n’ont fait qu'aggraver le problème, et non le résoudre. Aucune trace d'extrémisme n’a été trouvée, mais l’affront reste », a signifié le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB) dans un communiqué parvenu à Saphirnews. L'organisation réclame depuis quelques semaines des explications au ministère de l'Education, lui demandant « si tous ces critères (qui ont étayé le rapport accusateur) sont appliqués à toutes les écoles ou seulement à celles qui ont un grand nombre d'élèves musulmans et aux écoles confessionnelles dirigées par des musulmans ».

L'Ofsted a en effet procédé aux inspections à Birmingham après l'envoi d’une simple lettre anonyme, il y a quelques mois, à la mairie, soutenant que des « musulmans radicaux » étaient en train d’imposer leurs visions dans plusieurs écoles de la ville.

« Au cours des derniers mois, la communauté musulmane a été soumise à de ridicules accusations d'extrémisme. Pourtant, les musulmans, qui sont partie intégrante de la société britannique, ont condamné le terrorisme dans les termes les plus forts ainsi que l'extrémisme qui conduisent les gens à commettre de tels actes », indique aussi le MCB, qui rappelle son engagement « pour une éducation inclusive ». Et de dire : « L'extrémisme ne serait être combattu si les musulmans et leurs pratiques religieuses sont considérées comme, au mieux, contraire aux valeurs de ce pays, et, au pire, vu comme "le marais" qui alimente l'extrémisme. »

Lire aussi:
Grande-Bretagne : enquête dans 25 écoles soupçonnées de radicalisme
Grande-Bretagne : l’Aïd bientôt férié ?
L'invasion répétée d'une mosquée de Londres par l’extrême droite
GB : les tweets islamophobes lui coûtent sa place au parti conservateur
Grande-Bretagne : Subway opte pour le tout halal, fini le porc