Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Grande-Bretagne : enquête dans 25 écoles soupçonnées de radicalisme

Rédigé par La Rédaction | Lundi 14 Avril 2014



Quinze écoles publiques de Birmingham, accusées de passer sous le contrôle de « musulmans radicaux », vont faire l’objet d’une enquête, a annoncé dimanche 13 avril le ministère de l’Education britannique. La municipalité de Birmingham, qui conduit une enquête parallèle à celle qui est dirigée par le gouvernement, a déclaré, lundi 14 avril, qu’elle étendait son champ d’investigation à 25 écoles.

L'affaire qui défraye la chronique locale est partie... d'une lettre anonyme reçue voilà quelques mois par la mairie de Birmingham, rapporte la BBC. Des « islamistes » s’emploieraient à changer les instances dirigeantes dans plusieurs établissements scolaires pour espérer y imposer un rigorisme religieux, dans le cadre d'une opération appelée « Cheval de Troie ».

Et s'il ne s'agissait pas plutôt d'un hoax, un canular informatique ? Les doutes sur la véracité du contenu de la lettre ne sont pas levés, mais les autorités ont pris le dossier au sérieux face à l'émergence de nouvelles accusations, bien qu'anonymes. Selon la presse britannique, celles-ci font état de l’existence de classes où filles et les garçons sont séparés, du bannissement des cours d’éducation sexuelle et de harcèlement moral dont serait victime le personnel non musulman.

Une « chasse aux sorcières » lancée

Ce mois-ci, dix députés de Birmingham ont exprimé leurs inquiétudes à propos de ces soupçons, dans une lettre au ministre de l'Education. « Les accusations faites à propos de plusieurs écoles de Birmingham sont très graves », a souligné une porte-parole du ministère de l'Education. Mais elle a refusé de faire « davantage de commentaires à ce stade » de l’enquête. Le rapport est attendu dans le courant du mois de mai.

L'un des administrateurs de plusieurs des écoles mises en cause dans les médias, David Hughes, a démenti ces accusations et dénoncé une « chasse aux sorcières ». Il a récemment affirmé qu'en 15 ans il n'avait jamais été confronté à « la moindre plainte pour extrémisme ». Birmingham, deuxième ville britannique, abrite une population musulmane forte de 22 %.

Lire aussi:
Grande-Bretagne : des prêts étudiants pour musulmans annoncés
La réussite de musulmans britanniques célébrée avec David Cameron
GB : des soldats musulmans dans les écoles contre l'islamophobie
Grande-Bretagne : deux victimes d’islamophobie sur trois n’alertent pas la police




Loading












Recevez le meilleur de l'actu