Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Bien-être

Faire de la peur son propre allié

Rédigé par | Vendredi 25 Janvier 2019



Avoir peur, c’est normal lorsqu’i y a un danger réel. Mais, vivons-nous constamment des situations dangereuses ? Qu’en est-il lorsque nous avons peur de tout et de rien ?

Qu’en est-il lorsque notre organisme s’emballe face à une situation où il n’y a pas de raisons d’être en alerte ? Y'a-t-il besoin d’être en alerte lorsque nous commettons une erreur ? Ou lorsque nous pensons ne pas être à la hauteur ? Ou lorsque nous n’avons pas réussi un entretien ? Ou lorsque nous avons été sermonnés ? ...

Pourquoi notre corps réagit-il, comme s’il y avait un danger réel ? Comme si notre intégrité, physique ou moral étaient mises en danger. Comme s’il y avait un danger de mort.

La peur est une émotion

La peur est une émotion qui nous signale que nous devons nous protéger, nous mettre à l’abri contre un danger potentiel. L’hormone de la peur, l'adrénaline, se déclenche et crée des réactions. Notre corps est prêt à réagir, comme le souligne Claire Weekes dans Vivez bien avec vos nerfs (1964) : le cœur qui bat vite, les mains moites, une crampe d’estomac, la poitrine oppressée, la respiration courte, la bouche sèche…

Tout notre organisme est prêt à combattre ou à fuir un danger imminent : un enfant qui se blesse grièvement, un accident de voiture... Une situation qui nous oblige à réagir très rapidement et choisir la stratégie appropriée : fuir ou faire face. Toutefois, lorsque la peur est trop forte et qu’elle nous envahit, nous pouvons être tétanisés, bloqués et, ainsi, ne pas réagir. À ce niveau, la peur est contre-productive. Elle nous empêche de raisonner et de ne pas prendre en compte les solutions appropriées.

La pensée génère des émotions

Quelle est l’origine de cet emballement ? Derrière une peur se cache une pensée, ou derrière une pensée se cache une peur. La pensée génère des émotions. Si nous avons des pensées anxiogènes, cela génère de la peur. Par exemple, nous pouvons avoir peur de ne pas réussir un entretien d'embauche, et ressentir une appréhension ; se dire que nous n'allons pas y arriver, que c’est dur ; penser au entretien entretien raté, qu'ils ne vont pas nous prendre…

En pensant de cette manière, je vais automatiquement ressentir de l’appréhension, de l’anxiété, qui ne sont d’ailleurs que des noms qui désignent la peur. Nous préférons dire que nous appréhendons que dire que nous avons peur. Nous n’aimons pas parler de la peur, nous n’aimons pas dire que nous avons peur, car cela fait enfantin et, surtout, « ça ne se fait pas d’avoir peur ». Pourtant le dire, le savoir que nous avons peur permet de trouver des stratégies car, après tout, la peur est un « messager » qui vous donne de l’information sur vous. Ce n’est pas un ennemi et croire que c’est le cas, c’est vouloir la combattre alors qu’elle n’est qu’un messager.

Faire de la peur son propre allié

Anticiper, le message positif de la peur

Reconnaître que nous avons peur permet de la démystifier et de trouver des solutions. En effet, nous pouvons anticiper : c'est le message positif de la peur ! Si nous avons peur d’un entretien, qu’est-ce que notre peur nous dit ? Elle nous dit : qu'allons-nous faire pour préparer notre entretien ? Si nous avons peur de ne pas être à la hauteur, que va-t-on faire pour être à la hauteur ? Si nous avons peur de perdre son job, que va-t-on faire pour ne pas le perdre ? Ou qu’allons-nous faire pour retrouver un autre job ? Qu'allons-nous faire pour faire face à telle ou telle situation ?

Si on reprend l’exemple de l’entretien, qu’allons-nous faire pour réduire la peur de ne pas y arriver, pour faire face à la situation ? Tout simplement anticiper, c’est-à-dire nous préparer à réussir notre entretien comme faire une recherche de questions que l’on pourrait nous poser lors de l’entretien et nous entraîner à y répondre, nous préparer à y répondre devant un miroir, visualiser les étapes de notre entretien en imaginant faire face à toutes les questions et situations... Le cerveau ne fait pas la différence entre l’imagination et la réalité. Il ne fait pas la différence entre une situation visualisée et une situation réelle… cela veut donc dire que votre cerveau donne à l’imaginaire un pouvoir réel, comme l'indique Sébastien Vaquier dans son livre Réussissez votre vie, libérez votre esprit (Alisio, 2016).

Une situation imaginaire peut générer des émotions. Nous vivons les situations dans notre tête avant de les vivre dans la réalité, comme si elles étaient réelles. On se voit faire, ou dire. Si on pense de façon négative, le mental peut s’emballer et croire que ce que nous voyons est réel. D’où l’importance de ne pas rester figé dans une pensée négative et la balayer très rapidement de son champ de vision. Car la peur se nourrit de la peur et elle peut s’ancrer en nous à force de penser de façon négative. Un cercle vicieux s’installe : peur - adrénaline – peur. La charge d’adrénaline accentue les réactions dans notre corps, et crée de l’appréhension, de l’anxiété, des angoisses, des phobies lorsque ce cercle peur – adrénaline – peur perdure dans le temps. Et nous pouvons créer de la peur sans raison valable, sans un réel danger.

Nous pouvons choisir et ne pas subir !

Il existe heureusement des solutions. Tout d’abord, prendre conscience que nous avons été bluffées par nous-mêmes, c'est-à-dire par nos pensées négatives qui alimentent ses peurs. Prendre conscience aussi que nous ne sommes pas « la pensée ». Comprendre que ses pensées, dit Christophe André dans Méditer, jour après jour (L'Iconoclaste, 2011), ne sont qu’un des éléments de la conscience, et non la conscience tout entière. Ne plus dépendre de ses pensées, sans pour autant les refuser, simplement entrer dans une relation différente avec elles en identifiant ses pensées comme des phénomènes de l’esprit. Nous pouvons choisir et ne pas subir !

Prendre conscience que lorsque nous avons peur, cela veut dire aussi que nous devons trouver des solutions pour prendre sa vie en main et transformer la peur en une alliée. Une alliée qui nous veut que du bien ! Une alliée qui nous donne de l’information sur nous. Mais si nous pensons que la peur est une ennemie, nous allons combattre cette ennemie qui est simplement « nous ». Vouloir combattre la peur, c’est refuser qu’elle puisse exister en nous. Nier parfois son existence, la refouler ou la faire grossir à force de se battre avec elle.

La prendre comme une alliée, c’est tout d’abord l’accepter pour la dompter : la maîtriser ! La prendre comme une alliée, c’est aussi développer le courage, celui d’affronter la vie. Le courage n’est pas une absence de peur, au contraire ! Nous faisons les choses bien que les manifestations de la peur soient présentes. Nous faisons face bien que notre cœur bat, vite, notre respiration s’accentue, nos mains tremblent... À force de répéter l’action, des entretiens par exemple, la peur diminue. On se désensibilise de la peur. Nous devenons courageux ! Le courage est une qualité que nous pouvons développer, il s’apprend ! Nous ne naissons pas courageux, nous apprenons à l’être. Nous apprenons à faire face à la vie. Nous apprenons de nos expériences, même les plus douloureuses. Nous devenons plus forts, plus courageux, plus confiants.

Il y a un début à tout ! Un début pour commencer, un début pour tomber et se relever, un début pour se tromper et s’améliorer, un début pour réussir. La vie nous permet d’expérimenter. Les situations que nous vivons sont un lieu où nous pouvons apprendre. Si nous pensons qu’il faut réussir du premier coup, c’est une illusion ! Les grands hommes ont réussi après avoir essayé maintes fois, comme Thomas Edison, l’inventeur de la lampe électrique. Nous devenons « experts » par l’expérience, par la répétition. Les gestes que nous faisons deviennent des habitudes. Nous ne réfléchissons plus, nous sommes en mode « pilotage automatique ». C’est notre cerveau qui prend les commandes. Cela n’exige aucun effort, c’est intégré dans notre logiciel !

La vie nous offre la possibilité d’expérimenter, et avoir peur est humain. Et c’est humain de se tromper ! Mais ce qui importe, c’est de toujours se relever, avancer et intégrer cette vérité du Clément et du Miséricordieux : « Certes, à côté de la difficulté, il y a la facilité. Certes, à côté de l’adversité, il y a la félicité » (Coran, sourate 94, verset 5 et 6). Cette vérité peut s’intégrer en nous et nous rendre conscients que nous avons le droit de recommencer l’expérience encore et encore ; le droit de se dire que nous faisons du mieux que l’on peut ; se dire que nous avons le droit de faire des erreurs, sans être dans une attitude intransigeante avec soi-même. Nous avons une obligation de moyens et non de résultats. Nous pouvons simplement être dans le lâcher-prise et être dans le tawwakkul (la confiance), lorsque nous avons mis les moyens à notre disposition, comme dans un entretien par exemple.

Nous mettons les moyens à notre disposition, mais le résultat ne dépend pas de nous : le recruteur peut accepter ou refuser d’embaucher, cela ne dépend pas de nous. La peur est aussi souvent la conséquence d’une projection future : qu’est-ce-qui va se passer après ? La peur de l’inconnu, la peur de ce qui va arriver, la peur de ne pas maîtriser... Vouloir maîtriser les situations futures ne dépend pas de nous. Le futur ne dépend pas de nous. Nous sommes limités par le temps et par l’espace. Nous pouvons simplement nous projeter dans le futur, mais cela reste du domaine de l’imaginaire.

La réalité, c’est l’instant présent. Nous pouvons seulement agir « ici et maintenant », c'est-à-dire dans le présent. D’ailleurs, nous pensons, nous anticipons, planifions dans le présent. Même si nous sommes absents, dans la rêverie, nous le sommes dans l’instant présent. Nos activités mentales se font toujours dans le présent, même si on a l’impression d’être absent à soi. Ramener son esprit dans le « le champ du possible » est un garde-fou contre notre imagination, plus précisément nos scénarios catastrophiques qui sont à l’origine des peurs irrationnelles.

Lire aussi :
Connaitre ses limites et les faire respecter
Se pardonner et avancer pour ne pas se culpabiliser


Malika Ziri
Malika Ziri est coach en développement personnel et professionnel. Elle étudie depuis les années... En savoir plus sur cet auteur