Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Des mesures pour freiner les départs au « jihad » en Syrie

Rédigé par La Rédaction | Mardi 22 Avril 2014



Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, présentera, mercredi 23 avril, en conseil des ministres un plan pour lutter contre les départs de combattants français vers la Syrie pour se joindre aux côtés de groupes religieux armés. L’annonce survient au lendemain de la libération des quatre journalistes, dont certains des preneurs d’otage, selon les témoignages, parlaient français.

François Hollande, en marge de l’inauguration de l’exposition de l’IMA sur le Hajj, a promis que la France prendrait « toutes les mesures pour dissuader, empêcher, punir ceux ou celles » qui seraient tentés de partir en Syrie pour y faire le « jihad ». Il a souligné que ce plan « est fait pour que la religion ne soit pas utilisée à d’autres fins, et notamment la fin plus abominable qui est le terrorisme ».

En partie dévoilé par Le Figaro, le plan d’action, entamé par Manuel Valls alors ministre de l’Intérieur, comprend plus d’une vingtaine de mesures. Certaines auront un effet immédiat, tandis que d’autres s’inscriront sur le long terme.

La première consistera à rétablir l’autorisation de sortie du territoire pour les mineurs, un document qui n’était plus obligatoire depuis janvier 2013. Un centre de prise en charge des jeunes « à risque » sera mis sur pied. Il accueillera les parents inquiets par des signes de radicalisation et les jeunes tentés par le départ. Des campagnes de sensibilisation à l’école sont aussi au programme. Une batterie de mesures qui étaient notamment réclamées par Dounia Bouzar, à l'initiative du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI), signale-t-on.

Le projet entend encore renforcer la cybersurveillance et créer un service de renseignement territorial, qui facilitera la signalisation des « profils suspects », ce qui ne se fera pas sans difficultés et potentielles erreurs. L’accent sera mis sur la surveillance des « signaux de faible intensité, qui permettraient d’anticiper la création de filières », a appuyé Eduardo Cypel, le secrétaire national du PS chargé de la Défense.

Des mesures porteront également sur la question du retour et de la réintégration. 500 Français seraient actuellement en Syrie, selon le ministère des Affaires étrangères.

Lire aussi :
Jihad Syrie : « C’est au gouvernement d’aller chercher les mineurs »
Dounia Bouzar : « Le wahhabisme est une secte, le niqab n'est pas l'islam »
Un père parti faire le « jihad » en Syrie avec son bébé
Un « jihadiste » du Net devant la justice française
Une lycéenne partie en Syrie demandée en mariage
Deux ados partis faire le « jihad » en Syrie