Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Une lycéenne partie en Syrie demandée en mariage

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 5 Février 2014



Une lycéenne d’Avignon a quitté le domicile familial le 23 janvier. Après sa mystérieuse disparition, l’adolescente de 15 ans a indiqué à sa famille être en Syrie, dimanche 26 janvier. Ses proches sont ébranlés et leur inquiétude ne fait que monter après les appels téléphoniques d’une personne leur demandant la main de la jeune fille, ces derniers jours.

Le jour de la disparition de la lycéenne, « elle devait rentrer à 18 heures. A 18h30, on a commencé à se poser des questions. A 20h30, on était inquiets. Je suis allé dehors dans le quartier. J'ai appelé les urgences. Rien. Ma mère m'a alors dit de contacter la police. Ensuite, on a fait une nuit blanche, à l'attendre, à pleurer », explique son frère Fouad aux médias. Le lendemain, il en apprend plus sur les intentions de sa petite sœur en interrogeant ses camarades du lycée. Fouad découvre l'existence d'un compte Facebook secret de sa petite sœur sur lequel sont publiés des images de propagande jihadiste où des femmes voilées tiennent les armes.

Ce n’est que quelques jours après sa disparition que la jeune fille donne des premières nouvelles en envoyant un texto à Fouad. Elle indique qu’elle est à Alep, dans le nord de la Syrie, et « qu'elle préfère être là-bas ».

Demande en mariage

Dernièrement, la famille a reçu deux coups de fil très inquiétants où une personne demande la main de la jeune fille de 15 ans. Ainsi, dimanche 2 février, au bout du fil, « une personne nous a demandés la main de ma sœur. On nous a expliqués que cela pouvait se faire par téléphone, immédiatement », raconte Fouad à La Provence. La famille s'y oppose naturellement. Mais « lorsqu'on a demandé à parler à ma sœur, ils ont refusé de nous la passer », indique Fouad, qui précise qu’elle n'est plus joignable par téléphone et que son second compte Facebook a été fermé.

Dénonçant sa manipulation et sur les conseils de leur avocat Me Guy Guenou, la famille devrait déposer une plainte pour enlèvement, mercredi 5 février. Selon l'avocat, la lycéenne a été victime de « séquestration mentale ». Craignant qu’elle soit « offerte aux soldats » comme objet sexuel, il estime qu’il « faut la faire rapatrier d'urgence ».

Le parquet de Paris s’est saisi de l’affaire et a confié l’enquête aux services anti-terroristes. Selon les premiers éléments de l'enquête, la lycéenne aurait rejoint Paris par le train où elle aurait pris un premier avion pour Istanbul, en Turquie, puis un second pour rejoindre la frontière syrienne. « On pense qu'elle est en Turquie, à la frontière » où elle aurait été prise en charge par un réseau, précise une source proche de l'enquête, citée par BFM TV.

Fin janvier, deux lycéens partis combattre en Syrie, avaient été récupérés en Turquie. Mais de retour en France, les deux adolescents originaires de Toulouse ont été mis en examen. Parmi les 200 Français recensés en Syrie pour combattre, on compterait une douzaine de mineurs.






Loading












Recevez le meilleur de l'actu