Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Copé et ses pains au chocolat : face au CCIF, un partisan du FN fait son show

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 11 Octobre 2012



L’opération menée mercredi 10 octobre par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), visant à répondre aux propos du député-maire de Meaux Jean-François Copé, a été un franc succès.

De nombreux journalistes se sont déplacés à la gare Saint-Lazare à Paris pour suivre l'action de la quarantaine de bénévoles, présents pour sensibiliser les passants à la lutte contre l'islamophobie, le tout en leur offrant un sourire et un pain au chocolat en prime. Plus de 400 viennoiseries ont ainsi été distribuées dans une très bonne ambiance, a fait savoir l'association.

L'opération a toutefois été brièvement perturbée par un partisan du Front National. De passage sur la place, il a crié « Non, non, non à l’islamisation ! Non, non, non, Front national ! ». L’homme a profité de la présence des caméras pour faire son show mais a vite été jeté à terre. Il a alors appelé « au secours », affirmant que « les islamistes » étaient en train de l'attaquer. Or, les membres du CCIF n'y étaient pour rien.

Face à cette situation, Marwan Muhammad, le porte-parole du CCIF, a exprimé sa désapprobation du geste fait à l'encontre du militant FN, indiquant qu’« il n'y a pas de limite » dans ce qu'il faisait. « Il s'exprime comme il veut. S'il y a un problème, on contacte la police », indique-t-il sagement. L'image du CCIF n'en est sortie que plus renforcée après cette opération comm' bien pensée.

Lors de cette opération, « c’est l’ouverture d’esprit et la solidarité qui ont primé. Le sentiment général qui a émergé des discussions : l’islamophobie est l'affaire de tous et toutes et il est urgent d’en faire une vraie question nationale », fait savoir l'association. Dans cette optique, une campagne de communication nationale sur le thème de l'islamophobie est prévue en novembre.

Lire aussi :
Islamophobie : le CCIF répond à Copé par l'humour et l'action
Copé : à cause du Ramadan, plus de pains au chocolat dans les quartiers