Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Combattons l’islamisme radical, mais ne devenons pas fous !

Rédigé par Eva Janadin | Mardi 20 Octobre 2020 à 09:00

           


© Pexels / Andrea Piacquadio
© Pexels / Andrea Piacquadio
Vendredi 16 octobre, Samuel Paty, enseignant en histoire-géographie et enseignement moral et civique, a été lâchement assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, puis décapité par un terroriste islamiste, suite à un cours sur la liberté d’expression illustré par des caricatures du Prophète Muhammad.

L’ensemble des musulmanes et des musulmans doivent se mobiliser pour lutter contre ces violences barbares inhumaines. Cette mobilisation ne peut plus se limiter à des condamnations sur les réseaux sociaux ou sur les médias mais doit se faire par l’exemple.

Chaque fidèle de l’islam doit quotidiennement incarner un islam éclairé, en rejetant toute interprétation qui encourage la discrimination des femmes, des homosexuels et des non-musulmans et en acceptant pleinement la liberté de conscience et d’expression. De nombreuses musulmanes et de nombreux musulmans éclairés le font déjà, en sortant de leur silence, en acceptant de dire que oui, les attentats se réclamant de l’islam ont bien quelque chose à voir avec l’islam. Ils acceptent que ces actes criminels viennent d’une interprétation radicale de l’islam, d’un problème de méthodologie dans la lecture du Coran et de la Sunna et dans la perception du Prophète Muhammad qui aujourd’hui est sacralisé voire idolâtré.

Mais pourquoi s’entêter à ne pas écouter ces musulmanes et ces musulmans qui ont décidé de ne plus se taire ? Pourquoi perpétuellement jeter la suspicion sur une partie de la population française qui a pourtant pleinement le droit de vivre l’islam en toute liberté grâce à la laïcité ? Ces musulmans éclairés se lèvent déjà contre l’obscurantisme, se battent pour faire reconnaître une juste place à la femme en islam et dans les mosquées, rejettent toute forme de discrimination et de violence et acceptent l’autocritique, la liberté de conscience et d’expression.

Nous ne pourrons jamais bâtir une société unie et indivisible sur des procès d’intention

À toutes celles et ceux qui pensent que nous, musulmans éclairés, faisons le « minimum syndical » pour lutter contre l’islamisme radical et dénoncer ces drames abjects que nous vivons beaucoup trop régulièrement, je vous prie d’arrêter de jeter constamment de l’huile sur le feu. Je vois depuis la tragédie beaucoup trop de commentaires haineux sur les réseaux sociaux alors que la condamnation de ce nouvel attentat est unanime parmi les Français musulmans.

Il est trop facile de se cacher derrière son écran et de lâcher des petites phrases assassines qui pullulent sur les réseaux sociaux et participent au climat délétère qui mine notre pays. Ce « militantisme du hashtag » accusant tout musulman de dissimuler ses vraies intentions est profondément méprisable. Nous ne pourrons jamais bâtir une société unie et indivisible sur des procès d’intention.

Honte aux incendiaires 2.0 d’où qu’ils viennent, larvés dans leur lâcheté et leur ignorance crasses, indignes d’une civilisation digne de ce nom !

N’y a-t-il pas un problème aujourd’hui lorsque des musulmanes et des musulmans progressistes et libéraux qui n’ont absolument rien à voir avec l’islamisme se sentent constamment suspectés et mis au ban de la société ? Le curseur entre islam et islamisme n’est-il pas mal placé ? Avec ce genre de discours, ce que disent les musulmans éclairés pour dénoncer tous les attentats n’est jamais suffisant ! Nous sommes toujours complices de quelque chose ; tantôt d’être des collaborateurs de l’État et d’être des islamophobes ; tantôt d’être ceux des islamistes qu’ils soient quiétistes ou violents.

Nous sommes inaudibles à cause de ces extrêmes de tous les bords

On parle constamment de « majorité silencieuse ». Qui ne dit mot consent ? Pourquoi ne pas plutôt parler d’une majorité de destinataires qui refusent de nous écouter et de nous entendre depuis des années en nous reléguant sans cesse à un statut de minorité trop illégitime pour s’exprimer et être prise au sérieux lorsque nous dénonçons les atrocités que certains de nos coreligionnaires commettent et lorsque nous proposons des solutions concrètes ?

Nous sommes inaudibles à cause de ces extrêmes de tous les bords ! Nous sommes inaudibles parce qu’une majorité de personnes refusent de nous entendre ! Nous sommes inaudibles parce que nous ne nous exprimons pas comme des sauvages et des excités sur les réseaux sociaux et sur les médias, contrairement aux extrémistes de droite, racistes et laïcards, et aux islamistes, radicaux et identitaires !

Rendez-vous compte à quel point ce genre de réactions totalement irresponsables sont usantes pour nous, musulmans éclairés ? Nous prenons des risques à tous les niveaux depuis des années pour essayer de diffuser un discours apaisé et serein sur l’islam sans provocation aucune ! Nous prenons nos responsabilités en dénonçant les interprétations violentes et discriminantes de l’islam et en proposant concrètement de nouvelles interprétations fondées sur une relecture du Coran et de la Sunna. Mais nous revendiquons aussi le droit d’être pleinement musulmans et de vivre notre foi et nos rites sans être constamment suspectés de trahison et de collaboration.

Ne pas nous écouter, c'est prendre le risque de tuer toutes les chances de réellement combattre l’islamisme

En réalité, ce n’est pas notre présumée « absence de réaction » qui va tuer nos initiatives mais l’incapacité de nous entendre et de nous écouter ! Continuer ainsi, c’est prendre le risque de tuer toutes les chances de réellement combattre l’islamisme à force d’anéantir toutes les forces qui tentent de faire basculer les choses dans le bon sens !

Ce discours osant dire des musulmans éclairés qu’ils sont inactifs dans cette lutte dénonce une véritable pensée qui ne vaut pas mieux que celle des terroristes islamistes : le problème serait non pas l’islamisme mais l’islam tout court, une religion, une voie de transformation spirituelle perpétuellement jugée comme « étrangère » à la nation. Alors que le vrai problème, c’est l’islamisme, une idéologie qui véhicule le rejet de l’autre, une violence et une haine profonde à l’encontre de celui qui n’est pas musulman, à l’encontre des femmes et des homosexuels ; haines que nous dénonçons pleinement depuis plusieurs années.

Évitons de tout confondre en permanence ! Que chacune et chacun prenne ses responsabilités pour ne pas attiser un cycle de vengeance perpétuel qui risque de nous faire basculer dans une guerre civile irréparable !

Que la paix nous accompagne et apaise nos esprits.

*****
Eva Janadin est la cofondatrice, avec Anne-Sophie Monsinay, des Voix d’un islam éclairé et imame de la mosquée Sîmorgh.

Lire aussi :
Avec L’islam au XXIe siècle, un « outing » de musulmans engagés pour donner une tribune à un islam contemporain
Islam de France : nous, « majorité silencieuse », faisons entendre nos voix