Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Birmanie : une musulmane poursuivie pour blasphème

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 3 Mai 2013



Le principe d’égalité entre les communautés qui doit régir en justice n’est pas de mise en Birmanie. La police birmane a indiqué, jeudi 2 mai, qu’une Birmane musulmane va être poursuivie pour « blasphème » pour avoir bousculé, par accident, un enfant moine qui a fait tomber un bol destiné à collecter les offrandes.

Un incident supposé qui serait à l’origine, selon les autorités, des nouvelles violences islamophobes qui ont émaillé le centre du pays cette semaine. Une personne a été tuée et une dizaine d’autres ont été blessées. Des mosquées ont été attaquées. L’une d’elle a été détruite tout comme des dizaines d’habitations et de commerces.

Selon la Constitution, toutes les confessions sont protégées des insultes mais le pays « reconnaît une position spéciale au bouddhisme en tant que foi d'une grande majorité de citoyens », rapporte Le Figaro. Aucun moine bouddhiste ni responsable politique n'a été poursuivi ces derniers mois malgré leur implication, souvent directe, dans les violences contre les musulmans à l’image du mouvement extrémiste 969 dirigé par le moine Wirathu.

En revanche, ce sont les musulmans qui trinquent. Trois d’entre eux ont été récemment condamnés, accusés d’être à l’origine des émeutes Meiktila, dans le centre du pays, qui ont provoqué la mort de 43 personnes.

Lire aussi :
L’UE lève les sanctions contre la Birmanie, accusée de nettoyage ethnique
La Birmanie, coupable de crimes contre l’humanité envers les musulmans (HRW)
Du soutien aux Rohingyas musulmans de Birmanie à Paris
Birmanie : l’OCI, interdite d’entrer, revient à la charge
Birmanie : l'Etat impliqué dans les violences anti-musulmanes selon l'ONU
La Thaïlande à l’œuvre d’un trafic humain de Rohingyas, le scandale
Tariq Ramadan: la fraternité, un impératif face au massacre de musulmans en Birmanie
L’exil ou la mort : les musulmans en Birmanie, en voie d’extermination