Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Bachar al-Assad écrit une lettre au Pape

Rédigé par La Rédaction | Lundi 30 Décembre 2013



Une délégation syrienne reçue samedi 28 décembre au Vatican a remis au secrétaire d'Etat du Saint Siège une lettre de Bachar al-Assad. C'est un « message qui reflète la position du gouvernement syrien », a commenté le Vatican, sans donner plus de précisions.

Mais dans la soirée, l'agence officielle syrienne Sana a déclaré connaître le contenu de la lettre. Le président syrien affirmerait que la résolution du conflit doit passer par « un dialogue national entre les Syriens, sans interférences étrangères, car le peuple syrien est seul maître de son destin, et il est le seul à choisir sa direction », selon Sana. Bachar al-Assad y dénonce aussi « le soutien militaire, logistique et matériel, fourni par des pays voisins aux terroristes », qualificatif désignant pour lui les rebelles.

Il ajoute qu’il se rendra à la conférence de paix sur la Syrie en Suisse le 22 janvier prochain avec ces convictions en tête. Loin de défendre la politique du président syrien, le Pape François s’est toujours positionné contre une intervention étrangère dans le pays. A la fin de l'été, il avait même écrit au G20 en ce sens.

Depuis son élection, le souverain pontife n’a de cesse d’appeler à la paix en Syrie, meurtrie par une guerre civile depuis plus de deux ans. Dernièrement, lors de sa première bénédiction « urbi et orbi » de Noël le 25 décembre, il a prié Dieu « pour qu’il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l’accès aux aides humanitaires ».

Lire aussi :
Noël : le Pape François prie pour la paix dans le monde
Syrie : le pape François appelle le monde à un jour de jeûne
Syrie : l’intervention étrangère en suspens
2012, année noire pour la Syrie, plus de 45 000 morts
Syrie : les « enjeux géostratégiques », seuls intérêts des puissances occidentales
La Syrie, enjeu d'une guerre froide sans merci entre Arabie Saoudite et Iran