Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Politique

Au dîner du Conseil des institutions musulmanes des Yvelines, le dialogue « fécond » avec l'Etat exposé

Rédigé par Saphirnews | Samedi 22 Octobre 2022 à 08:25

           

Le Conseil des institutions musulmanes des Yvelines (CIMY) a donné rendez-vous, mercredi 19 octobre, aux dirigeants de mosquées, aux représentants des pouvoirs publics et aux élus pour un point d'étape sur son travail lors d'un dîner organisé à Saint-Germain-en-Laye. Cette rencontre conviviale est venue illustrer la très bonne santé du dialogue entre les responsables musulmans et l'Etat à son échelle départementale.



Au dîner du Conseil des institutions musulmanes des Yvelines, le dialogue « fécond » avec l'Etat exposé
Au premier dîner marquant la renaissance du Conseil des institutions musulmanes des Yvelines (CIMY) en 2019, « le menu était sur table, il ne l'est plus (aujourd'hui) parce qu'on a mangé du barbu et le préfet (Jean-Jacques Brot, ndlr) avait osé dire qu'il était curieux de démarrer un propos devant les musulmans en mangeant du barbu. A ce moment-là, nos amis les frères musulmans ont compris (…) qu'on n'allait pas s'ennuyer avec lui ! ». C’est dans cette ambiance détendue que le président du Conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier, a pris la parole devant une centaine de convives réunis mercredi 19 octobre dans le bel hôtel Le Pavillon Henri VI, à Saint-Germain-en-Laye, pour saluer la qualité du dialogue qui lie le CIMY aux pouvoirs publics et que la crise de la Covid-19 n’a pas entamée.

En trois ans, le CIMY est devenu, après une « phase d’accréditation », « un organe incontournable qui permet la mise en pratique de notre devise républicaine Liberté, Egalité, Fraternité », déclare avec fierté son président Mohamed Kherroubi devant le préfet, des élus locaux, des parlementaires dont Yaël Braun-Pivet, présidente de l'Assemblée nationale, des représentants du ministère de l'Intérieur, et plus particulièrement du Bureau central des cultes (BCC), ou encore l’évêque de Versailles, Mgr Luc Crépy.

Un dîner comme « une invitation à faire France ensemble »

Décrivant le CIMY comme « un espace de dialogue qui produit des apaisements indispensables et qui aura contribué à expliciter des concepts servant une vision citoyenne et des principes républicains », le recteur de la mosquée de Versailles indique que « cette structure repose sur un état d'esprit qui se veut absolument et formellement collectif ». Il revendique ainsi l'adhésion de plus de 40 associations, « soit l'essentiel des institutions du département ».

« L’ensemble des projets du CIMY s’inscrivent dans une logique de cohérence avec les exigences en rapport avec l’aménagement du territoire en tenant compte des impératifs liés à la cohésion sociale », soutient-t-il encore. « En facilitateur et en initiateur, le CIMY harmonise le partage d’expériences réussies comme, par exemple, la création d’une cellule d’expertise autour de la construction des ERP (établissements recevant du public, ndlr). (…) Aussi, des séminaires ont été réalisés sur la sécurisation des lieux de culte, associant nos partenaires des autres cultes du département », poursuit-il, en signifiant la participation active de son instance au sein du Forum de l’islam de France (Forif)..

Citant Charles Péguy, « il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée, c'est d'avoir une pensée toute faite ». Mohamed Kherroubi y voit « une invitation à la vigilance qui vise à préserver l'esprit critique au service de l'espoir tel que nous le suggère Jean Boissonnat (journaliste économique, ndlr) : à force de craindre le pire, on finit par le fabriquer ; à force d'imaginer le bien, on finit par y contribuer ».

Une vision du dialogue au service de la laïcité

« Aujourd’hui, le CIMY a réussi le pari du dialogue et s'est affirmé en digne interlocuteur du département des Yvelines », conclut son président, aux côtés de son porte-parole Mourad Dali, président du Collectif des associations musulmanes de Saint-Quentin-en-Yvelines (CAM 78). Et ce n’est pas Pierre Bédier qui le contredira, présent pour dire « avec force » le soutien « plein et entier » de l'Etat « dans sa représentation départementale » au CIMY et marteler la nécessité du dialogue comme une action « vitale » dans une période qui n'est « pas très détendue ».

« Dialoguer ne signifie pas être d'accord. Le dialogue, ce n'est pas de dire à l'autre ce qu'il a envie d'entendre », fait-il valoir, jugeant que « la laïcité qui fonde nos rapports (...) est contextualisable ». « On ne peut pas demander aux religieux, qu'ils soient chrétiens, juifs ou musulmans, de contextualiser leurs textes sacrés et nous ne pas considérer que la laïcité ne peut pas être exactement la même en 1905 et en 2022. »

Le financement de la GMP par des fonds publics en 1920, « à une époque plutôt bouffeurs de curés », est une preuve que « la contextualisation n'est pas un crime », affirme-t-il quelques heures après que la Grande Mosquée de Paris célébrait son centenaire. « La laïcité est un outil, ses principes sont sacrés. Nous ne pouvons pas revenir sur ses principes d'égalité (entre les cultes) et de neutralité (de l’Etat). Pour le reste, il doit y avoir des adaptations qui se fassent en fonction des époques. Si nous voulons contextualiser et adapter, il nous faut dialoguer en se disant les choses. »

Soutenir le dialogue, « une affaire d'hommes et de femmes de bonne volonté »

Yaël Braun-Pivet, elle-même députée des Yvelines, constate le dialogue « fécond » noué entre acteurs musulmans et représentants de l’Etat, ce qui est « fondamental car nous sommes face à une situation compliquée », dans un département « meurtri à de nombreuses reprises » par le terrorisme. Sans le citer, le professeur Samuel Paty, assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, était présent dans les esprits, trois jours après le deuxième anniversaire de sa mort le 16 octobre 2020.

« Notre rôle d'élus de la République évidemment laïque, c'est d'être aux côtés de ceux qui veulent faire vivre leur religion dans le respect des lois de la République et nous devons vous soutenir et même aller au-delà », assure-t-elle. « On peut avoir de grands discours, de grands principes mais au final, c'est toujours une affaire d'hommes et de femmes de bonne volonté. » Le CIMY, fort d’une confiance renouvelée des pouvoirs publics, a tout l'air d'avoir de beaux jours devant lui.

Lire aussi :
Emmanuel Macron au centenaire de la Grande Mosquée de Paris pour célébrer « un havre de paix né d’une tempête de l’Histoire »
La renaissance en grande pompe du Conseil des institutions musulmanes des Yvelines