Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Assises nationales de la diversité culturelle : « Construire l’interculturel, une question d’humilité »

Par Michel Sauquet*

Rédigé par Michel Sauquet | Jeudi 17 Novembre 2011



Lorsqu’en février dernier Nicolas Sarkozy déclarait que « le multiculturalisme est un échec en France », je me suis demandé de quoi il parlait.

Loin du modèle intégrationniste et assimilateur d’une France indéfectiblement attachée à la laïcité, le multiculturalisme est une doctrine (-isme) et une pratique consistant à adapter les lois et règlements pour doter certaines communautés ethniques et religieuses de droits particuliers. Au Royaume-Uni par exemple, les sikhs, attachés au turban, sont dispensés de casque depuis 1989 pour travailler dans les chantiers ou rouler en moto. Cette politique d’aménagements juridiques pour les minorités n’étant pas celle de notre pays, la question de son succès ou de son échec se pose-t-elle vraiment ?

La « société interculturelle » serait-elle davantage un échec ? Si l’on parle d’interculturel, c’est qu’il existe un lien entre les cultures. Sinon, le préfixe inter- ne serait pas justifié, et il suffirait de parler de société multiculturelle. Or les phénomènes d’acculturation et de métissage sont continuellement à l’œuvre dans nos sociétés. La question est alors de savoir quel est l’objet de ces interactions (on peut interagir avec un esprit de rejet) et quelle est leur qualité.

Car une société interculturelle pacifique et positive ne va pas de soi. Sa construction est certes affaire de politiques publiques, mais elle est aussi affaire de postures individuelles, d’humilité et de réflexes de questionnement.

Lors d’un petit exercice auquel je me livre souvent sur les mots spontanément associés à la notion de culture, l’un de mes étudiants m’a proposé un jour le mot « humilité ». Pressé d’en dire davantage, il a eu cette réponse magnifique : « Parce qu’il n’est aucune barrière culturelle que l’humilité ne permette de franchir. » Tout est là ! Si je n’ai pas l’humilité de me dire que mes évidences ne sont peut-être pas celles de l’autre, que mes certitudes, mes réflexes, mes modes de pensée ne sont pas nécessairement universels et que, dans ses comportements d’« étrange étranger » (1), l’autre a peut-être ses raisons que ma raison ignore, alors c’est que j’avance armé jusqu’aux dents dans la société multiculturelle, prêt à monter au créneau dès qu’une façon de vivre m’étonne ou me choque. Il ne s’agit pas, devant l’autre, d’abdiquer sa propre culture, mais il s’agit d’admettre qu’elle n’est pas seule à être digne de respect.

Ni universaliste ni relativiste, je tiens pour salutaire, dans nos sociétés plurielles, un minimum de doute, de vigilance et de curiosité, une intelligence de l’autre visant à prendre conscience de la multiplicité des causes profondes – historiques, linguistiques, religieuses, philosophiques – des malentendus interculturels qui surgissent dans nos relations de voisinage.

Coexistant avec des dizaines de nationalités ou d’origines géographiques, nous ne pouvons guère connaître la culture de l’autre, mais nous devons nous poser un minimum de questions sur les représentations que les autres ont de notions trop vite supposées communes – le temps, l’argent, la religion, l’espace, la nature, la norme, l’autorité… – et sur l’influence de ces représentations sur les comportements.

Par un réflexe d’interrogation de la culture de l’autre (2), nous pouvons, chaque fois qu’échoue une tentative de concertation ou qu’est écornée notre cohabitation, nous demander quelle est la source de nos malentendus. Et nous mettre en quête de personnes qui se trouvent, par leur vécu ou leur origine mélangée, à cheval sur différentes cultures et qui peuvent nous expliquer où les différences ont pu jouer. Des médiateurs de ce type, il y en a partout, mais nous avons rarement le réflexe d’y recourir, si certains que nous sommes que l’échec d’un vivre-ensemble vient forcément de l’incompétence, de la duplicité ou de la mauvaise volonté de l’autre.

Notes
1. Titre d’un poème de Prévert.
2. Voir, par exemple, « 62 questions pour aborder l’interculturel ».


*****
Enseignant à Sciences-Po Paris, à l’École centrale de Paris, Michel Sauquet est l'auteur, notamment, de L’Intelligence de l’autre : prendre en compte les différences culturelles dans un monde à gérer en commun (avec Martin Vielajus, Éd. Charles Léopold Mayer, 2007). Il participera aux premières Assises nationales de la diversité culturelle organisées par Témoignage chrétien en partenariat avec Salamnews, samedi 19 novembre, à Paris. Thème de son intervention : « Construire l’interculturel : une question d’humilité. »