Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Après Fatou Bensouda, Karim Khan au poste de procureur de la Cour pénale internationale

Rédigé par | Mercredi 16 Juin 2021 à 16:00

           


L'avocat britannique Karim Khan succède à Fatou Bensouda au poste de procureur de la Cour pénale internationale (CPI). © Coalition for the ICC
L'avocat britannique Karim Khan succède à Fatou Bensouda au poste de procureur de la Cour pénale internationale (CPI). © Coalition for the ICC
Le mandat de la Gambienne Fatou Bensouda s’est achevé mercredi 16 juin. C’est désormais Karim Khan qui lui succède. Elu avec 72 voix sur 123 en février dernier, cet avocat britannique de 51 ans devient le troisième à occuper le poste de procureur général au sein de la jeune Cour pénale internationale (CPI), créée en 2002 et installée à La Haye, aux Pays-Bas.

Avant de prendre ses fonctions, Karim Khan était sous-secrétaire général des Nations unies, où il dirigeait une enquête sur les crimes commis par l'État islamique (Daesh) en Irak. Considéré comme un avocat « coriace » et « férocement intelligent » par The Guardian, il réclamait, dans le cadre de ses investigations, des procès semblables à ceux des dirigeants nazis à Nuremberg.

Fort de 28 ans de carrière, le Britannique a commencé à travailler en tant que procureur dans des juridictions internationales en 1997 et compte parmi ses premières affaires les crimes de guerre commis en ex-Yougoslavie et au Rwanda.

Présenté comme un « communicateur charismatique et éloquent, bien conscient de ses succès » dans le rapport du comité d’élection du procureur, il a également été avocat dans des procès de la CPI et a défendu plusieurs personnalités telles que le fils de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, le vice-président kenyan William Ruto et l'ex-président libérien Charles Taylor. Il a, par ailleurs, traduit en justice les assassins de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, tué dans un attentat à Beyrouth en 2005.

Une reprise en main de dossiers brulants

Le nouveau visage de la CPI aura du pain sur la planche : le nouveau procureur va devoir reprendre en main plusieurs dossiers controversés, notamment les enquêtes sur les crimes de guerre en Afghanistan ou encore à Gaza en 2014. Des enquêtes qui avaient valu à sa prédécesseure Fatou Bensouda d’être placée sur liste noire par l’ancienne administration américaine.

Un autre dossier auquel devra s’attaquer Karim Khan, la répression des Ouighours par le pouvoir chinois.. La CPI avait affirmé, en décembre 2020, ne pas être en mesure d’enquêter sur les exactions commises envers la minorité musulmane installée dans le Xinjiang. Un groupe d’avocats ont présenté le 10 juin des preuves de la déportation de Ouïghours du Tadjikistan vers la Chine. Bien que la Chine n'est pas membre de la CPI, le Tadjikistan l'est, faisant ainsi valoir que la CPI a juridiction pour enquêter sur les crimes dont sont victimes les Ouïghours.

Lire aussi :
Ouïghours : pourquoi la Cour pénale internationale ne peut pas enquêter pas sur les exactions de la Chine
La CPI ouvre une enquête sur des crimes de guerre commis dans les Territoires occupés palestiniens