Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Archives

Xavier Darcos annonce la suppression de 10 000 postes

| Vendredi 29 Juin 2007 à 10:12

           

La rentrée s’annonce agitée pour le ministre de l’Éducation Xavier Darcos. L’annonce par ce dernier de la suppression de 10 000 postes de fonctionnaires dans l’éducation en 2008 a provoqué la colère des syndicats, qui assurent qu’ils vont « organiser la riposte ». Xavier Darcos est quant à lui convaincu qu’il sera possible de « trouver des ajustements ».



Jeudi 28 juin, invité sur BFM TV, le ministre de l’Éducation Xavier Darcos a annoncé que les suppressions de postes en 2008 se situeraient « aux alentours de 10 000 » dans l’Éducation nationale. A l’unanimité, les syndicats se sont dressés contre cette décision.

Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, a fustigé « une logique comptable à courte vue, qui sacrifie l’avenir, compromet l’objectif d’assurer la réussite de tous et laisse présager un nouveau creusement des inégalités ». Pour lui, ces suppressions vont entraîner « une dégradation des conditions de travail et des conditions d'enseignements ». « Si ces annonces se confirment, la FSU fera tout pour organiser la riposte la plus unitaire possible » a-t-il poursuivi.

C’est une « saignée pour l'Éducation nationale » estime pour sa part le syndicat SNES-FSU, principal syndicat dans les collèges et lycées. « C'est le second degré qui va être frappé de plein fouet par ces nouvelles suppressions d'emplois, possibles qu'en amputant fortement l'offre d'enseignement et en augmentant la charge de travail des personnels » ajoute-t-il.

Quant à Tristan Rouquier, le président de la Fidl, syndicat lycéen, il déplore qu’ « alors que l'Éducation nationale manque déjà d'encadrement, et particulièrement dans les lycées, le ministre annonce une nouvelle réduction de postes pouvant mener à une inquiétante augmentation du nombre d'élèves par classe et à une dégradation des conditions de vie dans les lycées ».

Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale
Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale
C’est une « question difficile » admet Xavier Darcos. « Je ne dis pas qu’il ne faut pas le faire, bien sûr il faut le faire, mais cela exige des aménagements de ce que l’on appelle l’offre scolaire. Comment organise-t-on le travail ? Comment organise-t-on les partenariats ? Qui peut concourir à l’action éducative si les professeurs sont moins nombreux ? Comment peut-on regrouper les options, changer les programmes ? Il y a un dispositif assez compliqué parce qu’il concerne quand même 13 millions d’élèves » a-t-il ajouté, expliquant : « Si nous obtenons que des professeurs, dans le cadre de la réflexion sur leur métier, acceptent d'être moins nombreux mais d'avoir un temps de travail différent, volontaire, évidemment, grâce à des volants d'heures supplémentaires importants, nous pouvons sans doute trouver des ajustements ».




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par vigilance le 30/06/2007 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cette suppression de ces 10 000 emplois n'est pas anodine !!!
Et c'est trés grave ! Cela concerne les colléges et lycées : un nettoyage ethnique sans précédent va s'opérer parmi les noirs et les arabes, avec le nouveau contrat apprentissage à 14 ans , avec la peine pour les mineurs qui passe de 18 à 16 ans! Beaucoup ne passeront plus le cap de la 4ème ! ce sont eux la nouvelle "IMMIGRATION CHOISIE", qui remplaceront leurs parents dans les sales boulots!
Finis, les études secondaires, universitaires !!!!

Un conseil , à tous parents : mettez vos enfants dés la classe de 4ème dans les écoles privées, si vous ne voulez pas que cela leur arrive !!!!! Il est encore temps !!!!

2.Posté par arkane le 22/09/2007 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
au chiffre des postes en moins il faut rajouter les 25000 profs non titulaires virés depuis 2005 sans aucun droit à part celui de toucher le RMI aprés plus de 5 ans de travail au sein de l’éducation nationale.
m.darcos dit qu’il ne manque pas de profs,ceci est est faux sinon pour quelles raisons les rectorats embauchent ils des non-titulaires.
profs vacataires,statut le plus précaire de France ;public et privé confondus!
ces profs ne sont là que pour 200 heures de cours effectifs,cad qu’ils ne sont payés que pour les heures devant les élèves,la preparation ,les corrections etc…. c’est gratuit!Au bout des 200 heures ils sont remerciés et n’on droit qu’au RMI.
Il ya aussi les contractuels qui sont embauchés pour un an max en cdd .Pour accéder à un cdi ils doivent totaliser 6 ans de cdd.Donc au 5éme cdd les rectorats ne vous embauchent plus qu’en tant que vacataire .Ainsi ils ne signent pas de cdi et ils ne sont pas tenus de vous verser des indemnités de licenciement.
L’education nationale a subi le plus grand plan social de France;25000 profs virés et non remplacés!
Tout cela dans le silence complet des médias et des syndicats ;syndicats qui participent à l’exploitation de ces profs précaires en bafouant avec les rectorats le systeme de l’ancienneté pour leurs adhérants.

Ce ministre ,comme l'ancien vous dira qu'il faut passer le capes:c'est leur argument;voila une mise au point: le capes n'est pas egalitaire,car selon ton académie pour un même concours il y a ou il n'y a pas de forma...