Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Victime de racisme, Taubira regrette le silence sur les dérives

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 6 Novembre 2013



« C’est une attaque au cœur de la République », cite en Une Libération, mercredi 6 novembre. Ce sont les paroles de Christiane Taubira qui sont repris. Dans une interview accordée au journal, la Garde des Sceaux revient longuement sur les attaques racistes dont elle a été victime ces derniers jours.

« Dans notre société, des choses sont en train de se délabrer. Ces attaques racistes sont une attaque au cœur de la République. C’est la cohésion sociale qui est mise à bas, l’histoire d’une nation qui est mise en cause. Des millions de personnes sont mises en cause quand on me traite de guenon. Des millions de gamines savent qu’on peut les traiter de guenons dans les cours de récréation ! », s’inquiète Christiane Taubira.

Des enfants l’avaient traité de « guenon » lors d’une manifestation contre le mariage pour tous, vendredi 25 octobre, à Angers. Quelques jours avant, une candidate FN aux prochaines municipales l’avait comparé à un singe. Mais dans Libération, la ministre explique avoir déjà été confrontée à plusieurs reprises à ce type d’insultes par le passé. « Je me ramasse depuis longtemps du "macaque", du "Y'a bon Banania", par des manifestants ou des élus qui l’écrivent sur leur site internet », raconte-t-elle.

La ministre estime que « l'institutionnalisation » du FN a « incontestablement » favorisé cette libération de la parole raciste. « Même si Mme Le Pen fait semblant d'être présentable, les Français savent ce que représente son parti – et son idéologie, qu'elle n'a d'ailleurs jamais reniée », dit-elle. « Lorsqu'on regarde les chiffres de l'immigration, il faut arrêter d'en faire un feuilleton quotidien ! En quoi l'immigration est-elle un problème ? En quoi met-elle en danger la société française ? », ajoute la ministre.

« Périodiquement, et encore sous le dernier quinquennat, on a construit un ennemi intérieur », poursuit Christiane Taubira, qui juge que les réactions n’ont pas été à la hauteur face aux attaques la visant. « Ce qui m’étonne le plus c’est qu’il n’y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française. », regrette-t-elle.

Lire aussi :
Le coup de gueule d’Harry Roselmack contre le racisme
Racisme : les députés de droite n'affichent pas leur soutien à Taubira
Racisme : une candidate FN compare Taubira à un singe