Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le coup de gueule d’Harry Roselmack contre le racisme

Rédigé par La Rédaction | Mardi 5 Novembre 2013



Le racisme auquel a été confronté, ces derniers jours, Christiane Taubira, en a choqué plus d’un. Dans une tribune publiée sur le site du Monde lundi 4 novembre intitulée « La France raciste est de retour », le journaliste Harry Roselmack a choisi de pousser un coup de gueule contre un mal qui brise le vivre-ensemble.

Si la « République a su créer : un sentiment d'appartenance et d'attachement national chez des gens de classes sociales différentes, de cultures différentes, de couleurs différentes » selon lui, il remarque « qu'une minorité grandissante qui se présente comme gardienne ou salvatrice de cette République française vient briser cette prouesse cocardière ». « Me voilà ramené à ma condition nègre. Me voilà attablé avec d'autres Noirs parce qu'ils sont noirs. Et me voilà en train de m'offusquer d'une idiotie qui ne m'atteignait guère : le racisme », dénonce le journaliste.

« Parce que l'expression de ce racisme, dans la bouche d'une candidate Front national aux municipales (exclue depuis), était primaire, parce qu'elle recourait à une iconographie profondément choquante qui niait au nègre le statut d'être humain, elle m'a amené à m'interroger, en tant que Noir d'abord, en tant que citoyen, fils, père et mari ensuite », écrit-il, en faisant référence à Anne-Sophie Leclere, la candidate FN aux prochaines municipales, qui a comparé Christiane Taubira à un singe.

Mais « en vérité, le "dérapage" d'Anne-Sophie Leclere n'est pas pour me déplaire. Parce qu'il n'est pas qu'un dérapage, il est l'expression, peu reluisante, d'une vision du monde partagée au sein du Front national. S'il est faux de dire que tous les électeurs et militants du FN sont racistes, il était tout aussi faux de dire qu'il n'y a pas de racisme dans ce parti. La xénophobie, le racisme en constituent même le ciment essentiel. Et il n'est pas inutile que son vernis républicain, grossier maquillage dont Marine Le Pen le badigeonne consciencieusement, s'écaille de temps en temps », ajoute le présentateur de 7 à 8 sur TF1.

« Ce qui me chagrine, c'est le fond de racisme qui résiste au temps et aux mots d'ordre, pas seulement au sein du FN, mais au plus profond de la société française. C'est un héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation », poursuit encore Harry Roselmack, très irrité par le regain du sentiment raciste alimenté par la crise.

Alors qu’une embellie de la situation économique n’est toujours pas d’actualité, le racisme prend toujours plus d’ampleur en France comme en Europe.

Lire aussi :
Racisme : les députés de droite n'affichent pas leur soutien à Taubira
Racisme : une candidate FN compare Taubira à un singe
Harry en immersion, un documentaire qui divise
Racisme et xénophobie explosent dans une Europe en crise





Loading














Recevez le meilleur de l'actu