Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Veolia Transport plie bagage en Israël

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 24 Mai 2012



Le groupe français Veolia a décidé de s’en aller d’Israël. Du moins, dans le secteur des transports. La société, qui s’était largement impliquée dans la construction et l’exploitation d’une ligne de tramway à Jérusalem-Est, a vendu le quart du capital qu'elle détenait à la principale coopérative d'autobus israélienne. Elle serait également sur le point de céder une partie de sa participation dans sa division autobus, qui gère une flotte de trois cents véhicules, à un opérateur local, souligne La Tribune.

Cette nouvelle a été très bien accueillie par les nombreux groupes de défense des droits des Palestiniens, toutes parties prenantes de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions). Ils ont depuis multiplié ces dernières années les campagnes de pression contre Veolia, accusée de soutenir l’occupation et la colonisation israéliennes au-travers de ses activités. Mêmes pressions contre Alstom, société française également impliquée dans l’exploitation du tramway de Jérusalem, inauguré en été 2011. Elle relie la partie la partie occidentale de Jérusalem à plusieurs colonies israéliennes en traversant J'érusalem-Est, annexée par l’Etat hébreu.

De son côté, Veolia explique son départ pour des raisons uniquement économiques. Cette décision a été prise en raison des pertes annuelles du réseau de tramway et d'autobus mais surtout par un retrait stratégique mondial de Veolia du secteur des transports en commun, selon la presse israélienne.

Pour prouver qu’il n’a pas cédé aux pressions de la campagne BDS, le groupe français, actif en Israël depuis près de 20 ans, a affiché sa volonté de poursuivre et de développer ses autres activités à travers ses trois filiales spécialisées dans le traitement des eaux, l'énergie et les services à l'environnement, qui emploient quelque 2 000 salariés actuellement, ajoute La Tribune.

Le Tribunal Russell pour la Palestine avait accusé Veolia, avec d’autres multinationales, de complicité des crimes commis par Israël à l’encontre des Palestiniens.

Lire aussi :
Stéphane Hessel : « Israël doit changer d'attitude envers les Palestiniens »
Tribunal Russell : les multinationales complices des crimes d’Israël coupables
Tribunal Russell : à Londres, les entreprises complices d’Israël jugées




Loading