Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un numéro vert pour prévenir les départs en Syrie

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 30 Avril 2014



Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé, mercredi 30 avril, la mise en service d’un numéro vert dans le cadre de son plan de lutte contre les filières jihadistes vers la Syrie. L’objectif de ce numéro gratuit, activé mardi 29 avril, est d’« éviter qu'un départ se produise quand des familles sentent » que l'un des leurs est « en train de basculer », a-t-il expliqué sur France 2. Les proches de candidats au départ pour le combat pourront ainsi composer le 0 800 005 696 pour obtenir de l’aide.

Le ministre a détaillé d’autres mesures comme l’inscription des noms des personnes parties en Syrie sur le système d'information Schengen et sur le fichier des personnes recherchées. L’ambition de ce plan est également de renforcer la cybersurveillance face à l'importance que prend le Web dans l'endoctrinement des jeunes.

Les enquêteurs pourront ainsi surfer de « façon anonyme » pour entrer sur les réseaux et les démanteler, a-t-il indiqué. La semaine dernière, lors du Conseil des ministres, le successeur de Manuel Valls avait déjà présenté les grandes lignes de ce plan qui se fonde en partie sur de la prévention avec la création d’un centre de prise en charge des jeunes « à risques » et des campagnes de sensibilisation à l’école, comme le préconisait Dounia Bouzar, à l'initiative du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI).

« C'est un problème européen », a par ailleurs commenté Bernard Cazeneuve, mercredi 30 avril, qui devrait rencontrer dans l’après-midi, à Londres, ses homologues britannique, belge et allemand afin de préparer une « grande réunion » avec « la plupart des pays occidentaux ».

Prévue pour le 8 mai à Bruxelles, cette réunion a pour but de « faire en sorte que les images, les vidéos, les instruments de propagande qui sont diffusés sur Internet et qui parviennent à endoctriner un très grand nombre de ressortissants de nos pays soient coupés ».

Près de 500 Français seraient partis combattre en Syrie aux côtés de groupes jihadistes selon le Quai d'Orsay.

Lire aussi :
Syrie : une étude inédite sur les familles de jeunes endoctrinés
Des mesures pour freiner les départs au « jihad » en Syrie
Jihad Syrie : « C’est au gouvernement d’aller chercher les mineurs »
Un père parti faire le « jihad » en Syrie avec son bébé
Un « jihadiste » du Net devant la justice française
Une lycéenne partie en Syrie demandée en mariage
Deux ados partis faire le « jihad » en Syrie