Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Religions

Un appel interreligieux lancé pour un monde sans armes nucléaires

Rédigé par Lionel Lemonier et Hanan Ben Rhouma | Samedi 6 Août 2022 à 08:55

           

Une centaine d'organisations religieuses appellent les pays signataires du Traité sur la non-prolifération nucléaire à s'engager avec force dans le désarmement. Au nom de notre humanité commune, alors que les tensions internationales sont à leur plus haut niveau depuis des décennies.



A l’occasion de la Conférence des Parties chargée d'examiner le Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) qui s’est ouverte lundi 1er août au siège de l’ONU, à New York, une centaine d’organisations religieuses disséminées à travers le monde ont interpellé les 191 pays signataires pour les appeler à agir en accord avec leur conscience afin de reconnaitre que ces armes constituent un danger énorme, d’admettre qu’une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être déclenchée et, enfin, de prendre des mesures décisives et rapides en faveur du désarmement.

A l'heure du triste anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, la menace est, en effet, lourde, et le secrétaire général des Nations unies ne se prive pas de le rappeler. « L’humanité est à un malentendu, une erreur de calcul de l’anéantissement nucléaire », a lancé Antonio Guterres le jour de l'ouverture de la Conférence des Parties. « Nous avons été extraordinairement chanceux jusqu'à présent. Mais la chance n'est pas une stratégie ni un bouclier pour empêcher les tensions géopolitiques de dégénérer en conflit nucléaire. »

« En tant que croyants engagés dans la construction d’un monde juste et pacifique, nous nous sommes réunis pour joindre nos voix à l’occasion de cette conférence du TNP », expliquent les signataires de l'appel interreligieux. « Nous sommes honorés que les survivants d’Hiroshima et de Nagasaki inspirent toujours notre engagement militant. Aujourd’hui, alors que les inquiétudes sont grandes concernant une potentielle escalade nucléaire, notre détermination est toujours aussi importante à garder leur souvenir intact et à faire notre possible en tant que communautés religieuses, pour continuer à avancer vers un futur sans armes nucléaires. »

Cesser les investissements dans l'armement nucléaire

Considérant les tensions politiques et les inquiétudes concernant la sécurité internationales actuelles, les organisations réunies autour de cette déclaration interreligieuse, en soutien aux objectifs originels du TNP, en appellent à des actions concrètes des Etats en faveur du désarmement nucléaire, en commençant par ne plus s'engager dans la modernisation de ces armes catastrophiques et à mettre fin aux investissements en la matière. « Car notre survie en dépend », insistent-elles.

S’adressant aux délégués représentant les pays signataires du TNP, les organisations veulent rappeler notre part d’humanité commune : « En dépit des intérêts nationaux et des objectifs qui peuvent être contradictoires les uns envers les autres, nous partageons l’objectif fondamental de préserver notre planète, nos pays, nos communautés et nos familles, sans lesquelles nous ne pouvons poursuivre ni prospérité, ni bien-être, ni bonheur. »

Des valeurs fondamentales bafouées par des armes de destruction massive

« Nous savons que les armes nucléaires, qu’elles soient utilisées de façon planifiée ou par accident, détruiraient le monde que nous connaissons et causeraient d’énormes souffrances à un grand nombre de gens, comme en témoignent les hibakusha (terme qui désigne généralement les victimes des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, ndlr) et tous ceux appartenant aux communautés qui en ont déjà souffert. Les armes nucléaires sont incompatibles avec nos valeurs fondamentales de respect de la dignité humaine. Leur rôle dans la soi-disant sécurité nationale ne devrait pas être toléré plus longtemps. »

Pour conclure, les organisations ont précisé que leurs traditions religieuses diverses leur rappelaient que l’on ne peut être prisonnier de la réalité du moment. « Chacun d’entre nous est créatif, résilient et capable de forger le monde que nous désirons. Nous avons confiance dans la capacité (des représentants des pays signataires, ndlr) à agir en accord avec votre conscience morale et nous prions pour que cette conférence pour le désarmement nucléaire soit fructueuse, afin que les générations futures puissent s’en inspirer. »

Ce n'est pas la première fois que des organisations religieuses s'unissent pour la mise en place de mesures concrètes visant à faire baisser les risques de conflagration nucléaire. Des initiatives similaires ont été prises ces dernières années. Si elles peuvent être perçues comme dérisoires, elles sont néanmoins des rappels nécessaires à nos consciences du péril nucléaire qui pèse sur le destin de l'humanité. Ils constituent aussi des appuis utiles aux opposants des armes nucléaires, à commencer par Antonio Guterres.

Depuis Hiroshima, le chef de l'ONU a solennellement appelé les membres du TNP « à travailler de toute urgence pour éliminer les stocks qui menacent notre avenir, à renforcer le dialogue, la diplomatie et la négociation, et à soutenir (son) programme de désarmement en éliminant ces engins de destruction ». « Abandonnez l'option nucléaire pour de bon. Il est temps de faire proliférer la paix. »

Lire aussi :
Mohamed El Baradei et l'AIEA Prix Nobel de la paix 2005