Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : voitures et bijoux de luxe de Ben Ali en vente

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 26 Décembre 2012



Au pouvoir, Ben Ali ne se refusait rien. Les Tunisiens peuvent aujourd'hui le constater avec l'ouverture, dimanche 23 décembre, de la vente aux enchères des biens mal acquis de l'ancien président et de ses proches dans un hôtel à Gammarth, au nord de Tunis.

39 voitures de luxe : c'est la collection impressionnante que détenaient l'ancien leader tunisien et ses proches. A l'ouverture de la vente aux enchères, une vingtaine de voitures dont une Ferrari rouge, une Porsche cabriolet ou encore une Cadillac blindée étaient exposées.

Ben Ali n'était pas seulement amateur de belles voitures. Œuvres d'art, bibelots, meubles, tapis mais aussi animaux en or massif et en cristal inondaient ses appartements.

Les bijoux et autres accessoires de grandes marques de l'ex-première dame Leila Trabelsi sont également proposés à la vente entre 300 et 1 500 euros, soit deux fois le Smic tunisien pour le moins cher.

La corruption et le népotisme mis en place par Ben Ali lui auront permis d'amasser avec son clan de très nombreux biens précieux. Ceux estimés à moins de 5 000 euros sont vendus à prix fixe, les autres sont mis aux enchères. Leur vente devrait rapporter 10 millions d’euros. Une manière pour le nouveau gouvernement de récupérer une partie de l'argent du contribuable dilapidé par l'ex-président déchu, aujourd'hui exilé en Arabie Saoudite.

« L’argent récolté sera versé au budget de l’Etat, et servira à des projets d’infrastructures et de développement régional. Mais pour être honnête, ce n’est quand même pas comme si on avait trouvé un gisement de pétrole ! Ce qui importe, c’est moins le gain financier que le symbole pour la révolution » a déclaré Khalil Elzawiah, ministre des Affaires sociales. L'expo-vente symbolique a ainsi été inaugurée, samedi 22 décembre, par le Premier ministre Hamadi Jebali en personne.

« Environ cent personnes étaient présentes à l'ouverture », s'est par ailleurs réjouit Affef Douss, organisatrice en chef de la vente pour le compte du ministère des Finances, estimant qu'il s'agit d'« une bonne affluence ». « Nous avons reçu beaucoup de demandes, y compris de l’étranger, avant même l’ouverture de la vente. Les hôtels aux alentours sont complets », explique-t-elle sur BFM TV.

La vente s’étalera sur un mois. Pour acheter ou tout simplement voir l'étendue des biens de l'ancien dictateur tunisien, le public devra débourser à l'entrée 30 dinars, soit 15 euros, une somme non négligeable pour beaucoup de Tunisiens.

Lire aussi :
Tunisie : Ben Ali, la fin d’un règne sans partage
Tunisie : Ben Ali a quitté le navire, destination Paris ?
La corruption au sein de la famille Ben Ali visée par une enquête