Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tahiti : l’expulsion de l’imam de Papeete réclamée par milliers

Rédigé par La Rédaction | Mardi 15 Juillet 2014



Hicham El Berkani.
Hicham El Berkani.
Une manifestation demandant l’expulsion de Hicham El-Barkani, dit l'imam de Papeete, était organisée samedi 12 juillet à Papeete. Entre 1 200 personnes selon la police et de 5 000 à 7 000 personnes selon les organisateurs sont descendues dans les rues à l’appel du collectif « Notre identité, notre combat ».

Fustigeant le projet de mosquée d’Hicham El-Barkani, les manifestants n’ont pas manqué de faire de très nombreux amalgames. Des pancartes portant des messages comme « Islam = soumission = esclavage = djihad » pouvaient ainsi être lus dans le cortège, relève Les Nouvelles calédoniennes.

Eric Minardi, le représentant régional du Front National, a pris part à cette manifestation, tout comme Sandra Lévy-Agami, représentante à l'Assemblée de la Polynésie française. « Ça fait 10 ans que je défend le droit des femmes. Je veux aussi défendre notre culture contre cet Islam salafiste que cet Imam prône chez nous », a commenté l’élue. Lorsque Tahiti Infos lui demande si une autre forme d'islam serait acceptable, elle insiste sur le fait que « nous sommes une terre chrétienne et nous défendons les valeurs chrétiennes ».

Un imam « dangereux » pour Gaston Flosse

En Polynésie, l’islamophobie s’étale au grand jour depuis l’ouverture d’une salle de prière en octobre 2013 par l’imam originaire de Seine-Saint-Denis, accusé d’être un extrémiste. Une première mobilisation contre le lieu de culte avait été organisée en novembre 2013 alors même que sa fermeture au public avait déjà été notifiée.

Nombreux sont les Polynésiens à voir d’un mauvais œil la présence d’Hicham El-Barkani, qui a depuis lancé une vaste collecte de dons pour financer la première mosquée de l’archipel. En juin dernier, apprenant que le jeune homme était interdit de séjour aux États-Unis, beaucoup avaient réclamé qu’il ne remette pas les pieds sur le sol polynésien. Finalement, après six mois d'absence, l’imam est revenu à Tahiti le 29 juin, où il n’est vraisemblablement pas le bienvenu.

Dans son projet, il ne peut même pas se prévaloir du soutien des autorités. L’homme serait même qualifié de « dangereux » par Gaston Flosse, le président polynésien.

Face à ce contexte, citant le pape François, la cathédrale de Papeete a mis en garde contre « d'odieuses généralisations » en amont du rassemblement de samedi. « À l’heure ou certains Polynésiens oublient la mesure dans leur réaction au sujet de l’islam… il est bon de relire les propos du pape François pour éviter des dérapages dans les propos… ! La peur engendre la peur, la violence engendre la violence… Soyons semeur de paix ! », écrit l’institution chrétienne sur sa page Facebook. Les 500 musulmans dénombrés en Polynésie française sauront apprécier le message.

Lire aussi :
L’imam de Papeete interdit de séjour aux États-Unis
Mosquée de Tahiti : pas de soutien de la présidence
Une manifestation organisée contre une mosquée de Tahiti
La première mosquée de Polynésie ouverte, malaise de la population
Tahiti : l’imam porte plainte pour incitation à la haine raciale
L'unique mosquée de Polynésie interdite d’ouverture





Loading