Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

'Salam Café' combat le racisme par le rire

| Mercredi 18 Juin 2008



Depuis les attentats du 11 septembre, 2001 et les émeutes racistes de Cronulla en 2005, les musulmans d’Australie n’ont pas toujours eu la vie facile. Souvent mal représentée dans les médias, la communauté musulmane d’Australie se sent marginalisée.
A Pennant Hills, au nord ouest de Sydney, un groupe d’amis se retrouve comme tous les mercredis autour du poste de télévision.

Au programme : "Salam Café " , la première émission satirique musulmane à être diffusée en clair sur une chaîne nationale occidentale.

Pour de nombreux musulmans, "Salam Café" est une véritable bouffée d’air frais, qui permet enfin aux musulmans de se faire entendre.

Au cours des dernières années, les relations entre musulmans et non-musulmans n’ont pas été des plus harmonieuses.

En décembre 2005,  des émeutes racistes éclataient a Cronulla, banlieue sud de Sydney. A la suite d’une altercation entre locaux et jeunes Arabes des banlieues voisines, 5 000 personnes descendaient dans la rue pour  manifester contre leur présence sur la plage.

Le mois dernier, la communauté de Camden, petite bourgade aux abords de Sydney, s’est violemment opposée à la construction d’une  école islamique. La municipalité leur a donné raison, citant des problèmes de planification.

Kevin Dunn, professeur a l’université de Western Sydney, a récemment dirigé une enquête destinée à identifier et à localiser le racisme antimusulman à Sydney. Il constate ce qu’il appelle une accumulation d’islamophobie en Australie – ce qui n’est pas hors du commun en Occident, ajoute-t-il.

 D’apres ses chiffres, pres d’un tiers de la population australienne ne connaît rien à l’islam et 50% dit avoir peu de connaissance de l’islam. Au total 8 Australiens sur 10 n’ont pas les moyens de comprendre la religion musulmane.
Pour redresser cette tendance, il est important de developper des émissions comme "Salam Café." “Elles normalisent l’islam et permettent aux gens de voir que les musulmans sont des gens comme tout le monde,” insiste Dunn. 
Impertinente, l’equipe de "Salam Café" sait toucher les cordes sensibles.

Au moment où la crise battait son plein à Camden, "Salam Café" a dépêché un envoyé très spécial sous la forme d’Oncle Sam, l’islamiste dont tout le monde a peur et l’un des personnages-phare de l’émission.

L’Oncle Sam s’est amusé à déambuler le long des rues de Camden – qu’il appelle “Islamden”.  “J’aimerais faire une école à Camden, j’aimerais faire une école ou dix… parce que Camden est une terre d’islam.”
Nazeem Hussain est le père d’Oncle Sam. “Il represente l’inconnu," explique-t-il. "Les gens ont peur d’Oncle Sam parce qu’il représente un cliché et qu’il tient à rester comme il est. Lorsque les gens se rendent compte qu’Oncle Sam est un personnage de comédie, et qu’il est là pour se moquer de la paranoïa générale, les gens se détendent un peu et parfois même arrivent à voir la stupidité dans leur paranoïa.”
"Salam Café" est en effet plus qu’une simple émission satirique… Faire rire est après tout une façon de mieux se faire entendre…. et d’apaiser les tensions.




Loading










Votre agenda