Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Ratko Mladic, le boucher de Srebrenica, arrêté

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 26 Mai 2011



L’un des principaux responsables du massacre de Srebrenica, qui avait provoqué la mort de quelques 8000 musulmans de Bosnie en juillet 1995, a enfin été retrouvé après 16 longues années de traques.

L'ancien général des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, qui fut l'un des derniers criminels de guerre les plus recherchés d'Europe, a été arrêté en Serbie, a annoncé le président serbe Boris Tadic jeudi 26 mai.

Son arrestation constitue, selon M. Tadic, « le résultat d'une pleine coopération de la Serbie avec le tribunal de La Haye. Aujourd'hui, nous fermons un chapitre de l'histoire de notre région qui nous mènera vers une pleine réconciliation » régionale.

Inculpé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité par le Tribunal pénal international (TPIY) pour l'ex-Yougoslavie, Ratko Mladic devrait être prochainement extradé vers la Haye, où siège la cour.

Il suit ainsi le chemin tracé par Radovan Karadzic, le dirigeant des Serbes de Bosnie, arrêté en juillet 2008 à Belgrade et également jugé pour sa participation active aux massacres de Bosniaques, dont ceux de Srebrenica.

« La Serbie, en arrêtant Mladic, a rempli une de ses obligations internationales qui était l'arrestation des fugitifs », a déclaré le procureur du TPIY Serge Brammertz.

La communauté internationale a salué la capture du chef militaire. Les portes de l’Union européenne s’ouvrent désormais à la Serbie. L’arrestation de l’ex-général serbe était en effet l’une des principales conditions pour l’admission de Belgrade parmi les 27.

Lire aussi :
TPIY : le procès Karadzic, entre « Révélation » et défis
Les cousins Lukic lourdement condamnés par le Tribunal pénal international
Bosnie : 20 000 musulmans ont commémoré le génocide de Srebrenica
Une journée européenne à la mémoire des victimes de Srebrenica
Les survivants de Srebrenica déboutés face à l'Etat néerlandais
Bosnie : le patrimoine religieux en question
Fin de cavale pour Radovan Karadzic





Loading