Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pologne : des lieux d'histoire pour les musulmans profanés

Rédigé par La Rédaction | Lundi 30 Juin 2014



La mosquée de Kruszyniany.
La mosquée de Kruszyniany.
Une mosquée et un vieux cimetière musulman à Kruszyniany, un village tatare située au nord-est de la Pologne ont été profanés dimanche 29 juin.

La mosquée prise pour cible est l’une des plus anciennes du pays. Construite en bois, elle date du XVIIIe siècle. Le cimetière musulman remonte lui au XVIIe siècle. Ce sont donc deux grands symboles historiques de la présence musulmane tatare dans le pays qui ont été attaqués.

« Du côté est de la mosquée, on voit un cochon qui est un symbole insultant pour notre communauté, pour notre religion, ainsi que des insultes », a fait savoir Bronislaw Talkowski, le président de la communauté tatare de Kruszyniany. « Difficile de dire qui en est l’auteur mais il s’agit certainement d’un groupe organisé », a-t-il ajouté à la radio locale du chef lieu de Bialystok, en précisant qu’« il n’y a jamais eu ce genre d’attaques » dans la ville. Le préfet de Bialystok, Maciej Zywno, a condamné un « acte idiot ». Une enquête de police est en cours pour en trouver les auteurs.

Ces profanations interviennent alors qu’un vote au Parlement et une décision du Tribunal constitutionnel doivent de nouveau statuer sur la question de l’abattage rituel halal et casher, interdit dans le pays depuis le 1er janvier 2013. Si la Pologne ne compte que de très faibles minorités juive et musulmane, le pays était devenu un important producteur de viande halal et casher.

Il exportait environ 100 000 têtes de bétail abattu rituellement par an dans une vingtaine de pays dont la Turquie, Israël, l’Allemagne ou la France, selon les estimations du ministère de l’Agriculture. La valeur de ces exportations atteignait jusqu’à 350 millions d’euros par an.

Lire aussi :
Immersion au cœur du quotidien des musulmans polonais
Pologne : l’abattage rituel interdit pour de bon
Les Tatars de Crimée réclament l'autonomie 70 ans après l'horreur















Votre agenda