Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Plus de 700 salariés marocains discriminés par la SNCF devant la justice

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 3 Mai 2012



Quelque 744 cheminots salariés et retraités de la SNCF, dont la majorité sont Marocains, ont assigné leur employeur, mercredi 2 mai, pour discrimination raciale devant le tribunal des prud’hommes de Paris. La compagnie ferroviaire pourrait devoir débourser jusqu’à 300 millions d’euros.

Ces travailleurs reprochent à la SNCF de les avoir discriminés tout au long de leur carrière en raison de leur origine. Embauchés dans les années 1970, ces salariés n’ont jamais obtenu le même statut que les autres employés de l’entreprise. Pourtant, leur « contrat pour travailleur étranger » stipule que «le travailleur étranger a droit au même régime de travail que les ouvriers français».

Une clause apparemment non respectée. Ces travailleurs n’ont pas eu droit aux mêmes avantages que leurs collègues français. Ils n’ont pas eu accès au même régime de santé, ni aux mêmes conditions de départ à la retraite ou encore à d’autres avantages comme la carte de voyage gratuite pour les employés de la SNCF. De plus, ces cheminots étrangers n’ont pas pu bénéficier de la même promotion interne que les cheminots français. Gravir les échelons étaient beaucoup plus difficiles pour eux.

Leur avocat, Me Léopold Mendes, dénonce « un traitement différencié du fait de l'origine étrangère ». Pour chacun des plaignants, il demande à la SNCF de 300 000 à 500 000 euros en guise de réparation des dommages. L’entreprise publique « ne souhaite pas communiquer sur cette affaire en cours ». Le procès devrait se poursuivre encore plusieurs semaines.

Lire aussi :
360 salariés marocains seraient victimes de discrimination directe par la SNCF
Racisme au travail : des agents manifestent devant le siège de la SNCF
Discriminations : le marché du travail gangrené par l’islamophobie
Discriminations au travail : l’origine ethnique reste un critère