Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Paris soupçonne une « manipulation des autorités syriennes » dans la mort du journaliste français

Rédigé par La Rédaction | Mardi 17 Janvier 2012



La mort du journaliste français, Gilles Jacquier, mercredi 11 janvier, en Syrie, est-elle le résultat d’une tentative de diabolisation de la rébellion de la part du régime de Bachar al-Assad ? Le parquet de Paris a, en effet, ouvert une enquête pour « homicide volontaire ».

L’enquête française veut faire la lumière sur les éléments « troublants » entourant la mort du journaliste. « Nos confrères étaient sur place avec toutes les autorisations, des visas officiels et normalement une protection qui, brusquement, s'est retirée au moment des frappes. Il y a donc là des questions que nous nous posons », s’est interrogé Remy Pflimlin, président de France Télévisions, groupe pour lequel travaillait Gilles Jacquier.

Tué à Homs, épicentre de la contestation syrienne, le journaliste a été victime d’un tir d’obus dont la provenance n’a pas encore été identifiée.

La mort de ce premier journaliste occidental tombé dans ce conflit soulève de nombreuses questions quant aux circonstances du drame, alors que le groupe de reporters dont il faisait partie était sous protection de l’armée. La Syrie a annoncé, de son côté, l’ouverture d’une commission d’enquête.


Lire aussi :
Syrie : le dossier bientôt à l'ONU ?
Syrie : un référendum sur une nouvelle Constitution annoncé
Syrie: les observateurs de la Ligue arabe en mission sous haute tension