Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Nadine Morano, la laïcité et le voile à la plage : réponses à une sortie affligeante

Rédigé par Abel Sena | Mercredi 20 Août 2014



Nadine Morano, la laïcité et le voile à la plage : réponses à une sortie affligeante
Nadine Morano, l’ancienne ministre plongée dans les méandres de l’anonymat depuis la défaite de Nicols Sarkozy aux dernières élections présidentielles, tente désespérément de revenir sous les feux des projecteurs. Et le moins que l’on puisse dire est que sa dernière sortie « facebookienne » est d’un ridicule qui n’a d’égal que l’ignorance et l’étroitesse d’esprit dont le personnage est coutumier.

Couvrez ce « corps voilé » que je ne saurais voir

Sur son compte Facebook , Madame Morano nous gratifie d’un texte dans lequel elle fait état de son choc indicible à la vue d’une scène qui faisait tâche dans un cadre idyllique et normatif ou censé l’être selon elle. « Sous un chaud soleil, sur une plage de France, bondée de vacanciers en maillots de bain », la sensibilité de l’ancienne ministre a été heurtée par la présence d’une femme un peu particulière et incongrue à son goût. Et pour cause, la dame était voilée et qui plus est, crime de lèse-majesté, ne se baignait pas.

Plaidoyer pour la laïcité... ou attaque contre la visibilité de l’Islam ?

La disciple de Sarkozy prend des précautions oratoires de peur d’être taxée d’islamophobe. Elle s’adresse aux Français de confession musulmane, qu’elle dit respecter, pour se joindre à elle dans sa défense de la laïcité. En interpellant ainsi les musulmans, elle veut faire croire à sa bonne foi. Mais cette tentative empreinte de démagogie politique est illusoire car Madame Morano, au nom de « sa laïcité », ne résiste pas à son envie pressante de stigmatiser ces mêmes musulmans qu’elle sollicite pour mener à bien son attaque contre la visibilité de l’islam dans l’espace public.

L’électorat frontiste en ligne de mire

Dans sa diatribe qui confine à l’islamophobie, l’on décèle en filigrane un appel à peine dissimulé à l’électorat frontiste. Celle qui a été prise en flagrant délit de vouloir passer des accords électoraux avec le Front national, s’empare de cette scène somme toute banale pour courtiser les partisans du FN en vue des prochaines échéances électorales. Car n’ayant aucun projet à proposer aux Français, Madame Morano, représentante de la droite décomplexée, joue la carte de l’islamophobie ambiante qui fait le pain bénit de Marine Le Pen.

Réponses à Madame Morano

Le texte de Nadine Morano, dont l’argumentaire est d’une pauvreté intellectuelle affligeante, nécessite des mises au point tant l’auteur fait preuve de mauvaise foi intellectuelle ou, au mieux, d’ignorance.

1. « Heureux de profiter d’un bon bain, il adressait à sa douce qui semblait soumise, seule, entourée de corps en tenue de plage, des signes de la main. »

Nadine Morano fait ici montre d’un déficit flagrant d’honnêteté intellectuelle. Elle ne semble pas saisir l’essence et les finalités du voile islamique. Je me contenterai, en guise de réponse au fantasme de la femme voilée soumise qui lui est cher, de dire que toutes les femmes voilées ne sont pas nécessairement soumises et que, dans la grande majorité des cas, le port du voile est le résultat d’une réflexion mûrie et d’un cheminement spirituel et individuel que l’observateur extérieur ne peut comprendre sans un minimum de tolérance et d’ouverture d’esprit.

2. « Lorsqu’on choisit de venir en France, Etat de droit, laïc, on se doit de respecter notre culture et la liberté des femmes. »

Pour l'ex-ministre, une femme voilée est forcément venue d’ailleurs. Une étrangère en somme. Selon cette conception simpliste, toute femme portant le voile et tout homme arborant une barbe ne peuvent être des citoyens français. Nadine Morano commet une erreur d’appréciation : non seulement, elle fait l’amalgame entre Islam et immigration mais refuse à des millions de musulmans de confession musulmane si non le droit, au moins l’éventualité d’être Français. Elle semble ignorer que le nombre des musulmans de France avoisinerait les six millions de personnes dont une bonne partie est née en France. Aussi, semble-t-elle ignorer que le visage de la France a changé et que notre pays est un creuset multiculturel et multiconfessionnel. Et n’en déplaise à Madame Morano, l’islam est la deuxième religion de France. Et par conséquent, « l‘ailleurs » qu’elle préconise pour ces millions de musulmans français est ici, en France, leur terre de naissance.

3. La France est un Etat laïc : Il convient de l’aimer … ou il convient d’aller vivre ailleurs !

Tout d’abord et encore une fois, l’ancienne ministre est coupable d’une appréciation approximative concernant le vrai sens du mot « laïcité ». Je me contente, à cet égard, de la renvoyer à la définition du mot donnée dans tous les dictionnaires qui font autorité et qui définissent la laïcité comme « le principe de séparation de l'État et de la religion et donc l'impartialité ou la neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses ». Et à la lumière de cette définition, les musulmans seraient les premiers partisans de cette laïcité qui leur garantirait la neutralité de l’Etat et la liberté confessionnelle. Les musulmans n’ont pas de problème avec la laïcité. Le problème réside dans l’interprétation biaisée que d’aucuns font de ce concept censé garantir le droit de culte aux différentes communautés religieuses.

Par ailleurs, Nadine Morano montre son attachement infaillible au discours de droitisation prôné par un certain Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France (MPF). Son célèbre slogan « La France, tu l'aimes ou tu la quittes », repris également par le candidat Sarkozy, semble avoir une deuxième jeunesse dans la diatribe de Madame Morano. Et qui d’autre mieux qu’une femme voilée et à travers elle les musulmans de France, peut servir à cette campagne de stigmatisation à des fins politiques manifestes.

Le mot de la fin

La France vit depuis quelques années une des périodes les plus difficiles économiquement de son histoire. Le chômage est en constante augmentation, la croissance est en berne et nos concitoyens ne voient pas l’avenir sous les meilleurs auspices.

Votre combat, Madame Morano, doit se concentrer sur les vrais problèmes dont souffre la France et vos efforts doivent porter sur les stratégies à même de sortir notre pays de son marasme économique. Se servir d’une femme voilée pour vous assurer une tribune médiatique et distiller vos idées discriminatoires pourrait certes vous apporter quelques voix, mais ne résoudrait aucunement les problèmes des Français qui ont perdu confiance en votre volonté sincère à mener le pays vers la prospérité économique. Il en va de la crédibilité de la classe politique d’élever le débat et de mettre l’accent sur les vrais maux de la société.

****
Abel Sena, militant associatif, est professeur de collège dans le Calvados.