Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Français islamophobes ? Le sondage qui fait mal

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 25 Octobre 2012



Les musulmans sont de plus en plus mal aimés dans l’Hexagone et Le Figaro a bien choisi son moment pour le faire savoir à nouveau à l'opinion publique. A la veille de l'Aïd el-Kébir (Aïd al-Adha) vendredi 26 octobre, un sondage Ifop pour le quotidien [à télécharger plus bas], paru mercredi 24 octobre, révèle que l’islam est très mal perçu par une majorité de Français.

Ainsi, 43 % des sondés considèrent la présence d’une communauté musulmane dans le pays comme une « menace pour l’identité du pays ». Seuls 17 % voient cette présence comme un enrichissement culturel tandis que 40 % y sont indifférents, selon l'étude menée auprès d’un échantillon de 1 736 personnes du 15 au 18 octobre.

67 % de sondés estiment que les musulmans ne sont pas bien intégrés dans la société française (contre 33 % jugeant le contraire) en raison de « leur refus de s’intégrer à la société française » (68 %), à « leur trop fortes différences culturelles » (52 %), ou encore « au fait que les personnes d’origine musulmane soient regroupées dans certains quartiers et certaines écoles » (47 %).

Seul 21 % pensent que le « racisme et le manque d’ouverture de certains Français » sont sources de leur non-intégration dans la société française.

La mauvaise image de l’islam et des musulmans qui ressort de ce sondage est frappante. Comparée au les résultats d’une étude similaire menée en 2010, l'étude témoigne d’une dégradation de la perception que les Français ont des musulmans. Pour les personnes interrogées, c’est aussi l’islam qui pose problème. Ainsi, les traits d’image associés à cette religion sont les mots « rejet des valeurs occidentales » (63 %), « fanatisme » (57 %) et « soumission » (46 %). Seuls 14 % associent l’islam à la « tolérance ».

Conséquence : 43 % des sondés se déclarent opposés à l’édification de mosquées et 63 %, opposés au port du voile des femmes musulmanes dans la rue. Pour couronner le tout, 45 % ne veulent pas de maire de confession ou d'origine musulmane dans leur ville.

« Ces dernières années, il n'est pas une semaine sans que l'islam, pour des questions sociétales, voile, nourriture halal, ou pour une actualité dramatique, attentats, ou géopolitique, n'ait été au cœur de l'actualité », rappelle ainsi Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion de l'Ifop.

Pour Le Figaro, c'est « la montée du communautarisme des musulmans » qui « accentue leur rejet par l'opinion ». Ce sont plutôt les discours politiques et médiatiques qui propagent la peur de l'islam. S'ils ont une grande part de responsabilités dans cette image ultra-négative des musulmans, c'est à ces derniers de continuer à œuvrer toujours plus, à travers notamment leur comportement ou encore leur réussite socio-professionnelle, pour se faire pleinement accepter par la société française, sans avoir à renier leur identité.






Loading