Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le vote musulman pour Hollande jugé « grave » par Devedjian (vidéo)

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 11 Mai 2012



« C'est grave, car il s'agit d'un vote communautaire », a commenté Patrick Devedjian mercredi 9 mai sur La Chaîne Parlementaire (LCP). Le député UMP et président du Conseil général des Hauts-de-Seine faisait ainsi référence au vote des musulmans qui, selon une étude d’OpinionWay, ont voté à 93 % pour François Hollande lors du second tour de l’élection présidentielle.

Le député UMP a semblé outré par le score de 93 % qu’il a répété par deux fois. Mais quel est le problème ? « Par exemple, aux États-Unis, l'attitude des républicains a conduit la communauté noire à voter systématiquement pour les démocrates. C'est un handicap pour un parti politique, et c'est aussi quelque chose de grave pour l'unité d'une nation », a-t-il expliqué. Les journalistes de LCP lui ont demandé s'il ne pensait pas que c’était de la faute de Nicolas Sarkozy qui avait mené une campagne stigmatisant les musulmans. Une question demeurée sans réponse.

En revanche, le politicien a préféré parler du vote des étrangers auquel il s'oppose car il dit craindre « une citoyenneté à deux vitesses » et « la création d'une nouvelle catégorie de dhimmis », de « citoyens de seconde zone ». « Comme d'habitude, c'est la gauche qui a agité le chiffon rouge du vote des étrangers », a-t-il affirmé.

M. Devedjan dit avoir peur du vote « communautaire ». Pourtant, il ne s’offusque pas du « vote catholique » et du « vote juif », dont l'ancrage à droite est une réalité. Selon un sondage Harris Interactive, 79 % des catholiques pratiquants ont voté pour Nicolas Sarkozy et 92 % des Français d’Israël ont également choisi le candidat de l’UMP.

On l’aura compris, les hommes politiques de droite ont décidé une nouvelle fois d’axer leur campagne législative sur l'immigration, l'islam et la peur d’un communautarisme musulman comme ce fut le cas lors de la campagne présidentielle.

Lire aussi :
Les binationaux devraient compter pour « une demi-voix » pour le maire d’Orange
Election de François Hollande : les drapeaux étrangers de la Bastille créent la polémique
Présidentielle : le « vote musulman » s'est massivement penché vers Hollande
Présidentielle : les Français du Golfe et d'Israël ont choisi Sarkozy
Les catholiques pratiquants pour Sarkozy, les « sans religion » pour Hollande
France : le « vote ethnique » existe et penche à gauche
Présidentielle : le vote juif toujours acquis à la droite sarkozyste ?