Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le vote blanc, un avertissement pour Hollande ?

Rédigé par La Rédaction | Lundi 7 Mai 2012



Les urnes ont désigné François Hollande à la présidence de la République. Cependant, le vote blanc – comptabilisé en France avec les bulletins nuls lors des dépouillements - a atteint dimanche 6 mai un record en volume pour une élection présidentielle.

Selon les chiffres officiels, 2,15 millions de bulletins blancs ou nuls ont été comptés, soit 5,8 % des quelque 37 millions de suffrages exprimés. Le pourcentage le plus élevé de ces votes pour un scrutin présidentiel avait été atteint au second tour de l'élection de 1969 avec 1,3 million de voix (6,42 %). Au second tour de la présidentielle de 1995, dont Jacques Chirac est sorti vainqueur, le vote blanc ou nul a été choisi par 1,9 million d'électeurs (5,97 %).

Le vote blanc a été particulièrement important dans les régions qui ont plébiscité au premier tour Marine Le Pen, qui avait poussé ses électeurs à faire ce choix. Si les 2,15 millions de bulletins blancs ou nuls avaient été pris en compte pour ce second tour, le candidat socialiste aurait été élu par moins de 50% des électeurs qui se sont déplacés, selon l'Association pour la reconnaissance du vote blanc. Maintenant aux commandes, François Hollande devra s'atteler à convaincre l'ensemble des Français.

Lire aussi :
Présidentielle 2012 : François Hollande élu président, good bye Sarkozy
Ni Hollande, ni Sarkozy : le vote blanc, un choix par défaut transformé par la conviction
Présidentielle 2012 : le score historique du FN détonne mais préoccupe