Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Le volcan et la jeunesse

« Minute de sens »

Rédigé par Hamza Braiki | Mardi 21 Octobre 2014



Le volcan et la jeunesse
Dans la communauté, le regard envers la jeunesse est sévère, le constat cinglant : cette génération est mauvaise, immature, destructrice, matérialiste, etc. De surcroît, les mosquées, outragées par la désertion dans leur rang des jeunes et de leur attitude assurée, s’en plaignaient… Les écoles se résignaient à assurer un rôle passif…

Face à cela, peu de solutions, si ce n’est des concepts enfantins ou réservés aux adultes qui furent miniaturisés. Or il convient de partir depuis ces jeunes, leurs situations, leurs souffrances, leurs rêves, leurs sentiments, sur une terre de braise. Il est clair que les ados sont difficiles à gérer, mais d’une puissance d’attachement sans égal. Ces volcans actifs deviennent finalement fertiles pour la culture de la vertu et la pollinisation élargie de leur monde.

The first step (le premier pas)

Dans la société, peu de place, peu d’instant sont prévus pour l’échange intergénérationnel, le respect des expériences, mais aussi des pages blanches, à égalité. Parfois, dans le cadre d’une commémoration ou la contrainte du programme scolaire, les rencontres très formelles ont lieu. Après cette parenthèse, chacun, chaque âge retourne à ses préoccupations. La tranquillité pour certains, l’ébullition pour les autres.

Ces fractures générationnelles pèsent sur le tissu social et laissent place aux germes cancéreux qui viennent s’y installer. Pourtant, il convient d’œuvrer et de produire la conciliation des âges, l’amour des aînés, des jeunes et des médians, car aucune société viable ne peut composer sans toutes les tranches d’âge.

Du brasier à la paix

Lorsque le jeune lion rugit avide de liberté et d’espace, lorsque la jeune lionne fait de même, conscient-e de son immense pouvoir, ce sont des signes, des évidences que la mission parentale est accomplie…

Combien de mères s’affolent de cet adolescent incandescent et crie son impuissance ? Combien de pères se sentent dépassés par ces moments, par cette fille rebelle ? Et pourtant, l’ado éclot et le fait savoir, il est désormais prêt à recueillir la pluie, la sagesse qui feront de lui une terre fertile. La moisson suit l’éruption…

Éruption et plantation

La vulcanologie doit être enseignée aux jeunes. Comment cela ? Nous devons apprendre aux ados à maîtriser leur colère, à la transformer en amour, à se mettre en colère, à en faire des résolutions, à sourire face aux tempêtes, à réduire en oasis des montagnes de défis, à semer des iîes de sérénité après une grosse furie…

De la même façon, la botanique doit être au programme. Il s’agit de sélectionner les germes de la foi, de la force, de l’amour, d’en planter de façon raisonnée, de les entretenir et les protéger des mauvaises herbes du vice et, enfin, de redistribuer les fruits pour le bonheur des gens, pour la rencontre de Dieu.

« La bonne action n’est nullement comparable à la mauvaise, fais le meilleur choix en conséquence (au lieu de la vengeance) et tu verras ton adversaire devenir ton ami intime » (Coran, s. 41, v. 34).

Végétation luxuriante

« J’ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l’indifférence » (Anatole France).

Encore combien de crises, combien de cris devrions-nous subir ?, répètent les parents lassés de l’attitude de leurs ados... Mais comprenez-le : des rêves d’adultes dans une tête de gosse, des pulsions infantiles dans un corps d’adulte. Le jeune est si pressé de sortir de sa chrysalide, au risque de blesser ses ailes. Il convient non pas de le maintenir dans cet état de dépendance, cette transition de la nymphe au papillon, mais de l’accompagner pas à pas, jour après jour, vers la vie adulte.

Sous les fines pluies de Rappel délicatement dispensées par des adultes attentionnés, le terrain inhospitalier laissera place à un écosystème somptueux. C’est son monde, sa vie qui prend racine sur les cendres encore fumantes d’une adolescence incandescente.

« Ne vois-tu pas qu’Allah fait descendre du ciel une eau qu’Il distribue çà et là sous forme de sources jaillissantes ? Grâce à cela, une végétation variée apparaît, puis se dessèche, puis se désagrège. Il y a en cela matière à réflexion pour ceux qui sont pourvus de raison » (Coran, s. 39, v. 21)

Le repentir, source de jouvence

On qualifie facilement les jeunes d’inexpérimentés, commettant des erreurs, inattentifs ou encore récidivistes… Mais les adultes sont bien loin de leur servir de modèles et de les comprendre. Et les jeunes conservent, malgré tout, l’excuse de leur bouillonnement…

Le repentir, le retour à Dieu, le regard sur soi sont une étape nécessaire pour chacun, quel que soit son âge. Par le repentir, on se rajeunit ! Selon le ressenti, la colère, les larmes sont une nouvelle éruption ou une averse gratifiante et bienfaisante. On se réprimande, on s’en veut, mais, d’une façon ou d’une autre, on prépare la vallée à une nouvelle vie. On s’agenouille, on se prosterne, pour se relever plus grand, plus résolu.

Que ton repentir soit quotidien, mon fils, mon frère.

Le Fuji ou le volcan devenu mont

À l’issue d’une jeunesse vivante, énergique, le canevas est tracé, la lave est désormais sèche et dure comme le roc. L’élève a bien appris, ses leçons dessineront son sentier. Il continuera à s’élever, à vivre sobrement, tout en versant dans la générosité de cœur, de biens, de savoir, de soi.

Tout comme le volcan qu’il aimait observer, les flancs de son égo sont dégarnis à force de redistribuer la pluie bénie qui s’y déverse. Comme les vallées qui l’entourent, son entourage verdit de bonheur. Désormais assagi, le jeune ne se laisserait plus aller à des effusions, des éruptions, des excès de passion, mais réagira positivement, de façon constructive, en laissant s’écouler l’eau des glaciers plutôt que les flots de lave. Il continuera de s’élever, mais tout en profondeur, et finira par devenir un pilier dans sa société.

« Et la terre, comme Nous l’avons étendue, comme Nous y avons implanté des montagnes et comment Nous y avons fait croître toutes sortes de magnifiques couples de plantes » (Coran, s. 50, v. 7)

La terre volcanique et la jeunesse… lorsque les montagnes se rencontrent

Que serait la couche terrestre, les masses populaires, sans ces reliefs, ces valeureux qui veillent à la stabilité et à l’élévation de leurs prochains ? Les chaînes montagneuses se forment, les crêtes et les sommets se reconnaissent dans leur mission… La réussite de ces jeunes n’aura de goût, de pérennité que par une fusion au sommet, entre les valeureux et avec les moins lotis. Ainsi unis, les téméraires seront encouragés, propulsés vers leurs idéaux, vers l’heureuse issue finale.

Tel sera l’aboutissement d’une vie savoureuse, unis dans le progrès. Après toute une vie à pratiquer et à promouvoir le bel agir, les montagnes peuvent vieillir en paix, le sentiment des luttes achevés.

« À ceux-là sont réservés les jardins d’Éden, où coulent des ruisseaux et où ils seront parés de bracelets d’or, vêtus d’habits verts de soie et de brocard, et accoudés sur des divans. Quelle belle récompense et quel magnifique séjour ! » (Coran, s. 18, v. 31)