Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le rap de Kery James fâche des élus UMP

Rédigé par La Rédaction | Mardi 10 Septembre 2013



Kerry James ne compte pas ses fans dans les rangs des élus UMP. Le rappeur qui se produisait samedi 7 septembre lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de la Francophonie à Nice s'est attiré les foudres de Christian Estrosi, le député maire de la ville, et d'Eric Ciotti, président du Conseil général des Alpes-Maritimes.

Le rappeur d’origine haïtienne interprétait la chanson « Banlieusards » tirée de son album « A l’ombre du show business » sorti en 2008. Ce titre est un message d’espoir adressé aux jeunes de banlieues les appellant à se battre pour s’en sortir. « On n'est pas condamnés à l'échec », répète-t-il en boucle.

Mais Christian Estrosi et Eric Ciotti ont une toute autre vision de son titre. « Cette chanson qui appelle à la révolution dans les banlieues n'avait pas sa place ce soir. Au-delà de tout, quelle image donne-t-elle au monde francophone de notre pays ?! », ont-ils dénoncé aussitôt la cérémonie terminée, rapporte Nice Matin. Ils ont également pointé du doigt la responsabilité du président de la République François Hollande, qui a ouvert ces septièmes Jeux de la Francophonie. « Le choix, nous ne l'avons pas eu ! La présence de Kery James n'était pas prévue. Elle a été imposée par l'Elysée par le biais de Yamina Benguigui, c'est proprement scandaleux ! », assurent-ils.

« Hollande et Benguigui imposent une chanson scandaleuse et inappropriée sur la révolution des banlieues aux Jeux de la Francophonie », ajoute M. Ciotti sur Twitter. Sur le réseau social, Nadine Morano critique elle aussi ce choix dimanche. « Cette chanson n'avait pas sa place aux jeux de la Francophonie », juge-t-elle.

La ministre de la Francophonie, Yamina Benguigui, ne comprend pas leurs critiques. « La chanson soit-disant scandaleuse de Kery James est tout à fait républicaine, beaucoup plus en tout cas que les commentaires lamentables de Ciotti et d'Estrosi. Qu'ils écoutent un peu mieux cette chanson qui incite la jeunesse des quartiers à travailler, à se retrousser les manches. C'est un titre qui appelle à l'unité », a réagi auprès du Parisien l'entourage de la ministre.

Effectivement, les paroles de ce titre sont sont limpides. « C'que la France ne nous donne pas, on va lui prendre. J'veux pas brûler des voitures, mais en construire, puis en vendre. Si on est livré à nous-mêmes, le combat faut qu'on le livre nous même. Il ne suffit pas de chanter, regarde comme il nous malmène. Il faut que tu apprennes, que tu comprennes et que t'entreprennes », dit notamment Kery james, qui n'a pas encore réagi publiquement aux critiques des membres de l’UMP.

Il ne souhaite visiblement pas en rajouter à une polémique dont se serait bien passée les Jeux de la Francophonie. La compétition, qui réunit 56 pays et 3 000 artistes et athlètes qui s’affronteront dans des épreuves sportives et culturelles, se tiendra jusqu’au 15 septembre.