Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Le choc perdure après le meurtre de Nadia Hassade, le point sur l'affaire qui a bouleversé Nantes

Rédigé par Lionel Lemonier | Lundi 24 Octobre 2022 à 14:00

           


Le choc perdure après le meurtre de Nadia Hassade, le point sur l'affaire qui a bouleversé Nantes
Le meurtre de Lola a choqué la France entière, il en est un autre qui a bouleversé Nantes ces derniers jours. 48 heures ne se sont pas écoulées avant que le meurtrier de Nadia Hassade ne soit confondu. C’est en attendant le bus dimanche 16 octobre, pour se rendre à son travail, que cette femme de ménage de 47 ans, une mère de famille sans histoire de confession musulmane a été victime de 23 coups de couteau. L’émoi a été considérable dans le quartier de Bellevue où elle résidait. Mercredi 19 octobre, Renaud Gaudeul, le procureur de la République, a tenu une conférence de presse pour révéler qu’un voisin de 21 ans avait reconnu les faits.

Le suspect est célibataire, « habite chez ses parents et n’a pas d’emploi stable. Il est inconnu des services de police et sans aucun antécédent psychiatrique », a précisé le procureur. Il a été placé en garde à vue le lendemain du meurtre et mis en examen pour « homicide volontaire par personne en état d’ivresse ». C’est en effet fortement alcoolisé que le jeune homme est rentré chez lui au petit matin, après une soirée dans une boite de nuit située sur l’île de Nantes.

Il a croisé Nadia Hassade, une voisine, au moment de regagner le domicile de ses parents au volant de sa Peugeot 308 blanche. La femme, qui attendait sous un abribus, a tenté de le calmer. L’homme a fini par regagner son domicile en voiture. Mais là, il se serait emparé d’un couteau de cuisine et aurait rejoint l’abribus à pied pour s’en prendre à Nadia qui attendait toujours le passage du bus afin de se rendre à son travail. Pour le moment, le procureur a refusé de se prononcer sur une éventuelle préméditation du crime et l’on ne connait pas les éventuelles motivations du suspect qui se contente d’invoquer « un besoin irrépressible de violence ». Rien ne semble accréditer à ce jour la piste d'un crime de haine à caractère islamophobe.

Circonstances exceptionnelles, de nombreuses personnes, souvent des proches de la victime, se sont impliqués dans une enquête informelle, en se faisant remettre les images de vidéosurveillance captée par des commerces proches du lieu du crime. Grâce à ces images, ils ont pu repérer la voiture du meurtrier et le localiser après un porte-à-porte dans le quartier. Des initiatives impossibles à cautionner pour Renaud Gaudeul, qui a déclaré comprendre « l’émotion et la volonté de ne pas rester inactif » mais réfuter « des méthodes employées en dehors de tout cadre légal ».

« La sécurité est l’affaire de tous et je comprends le fait de vouloir s’investir, mais ses agissements ont lieu en dehors de tout cadre légal. Cela nuit ensuite au recueil des éléments de preuve dont nous avons besoin et cela peut les affaiblir dans le dossier présenté devant la juridiction de jugement », a-t-il ajouté. A Nantes, l’émotion perdure. Certains jeunes du quartier de Bellevue se sont même rassemblés pour organiser des rondes de sécurité. Une initiative engendrée par le sentiment d’impuissance face aux multiples actes de violences commis dans leur quartier ces dernières semaines. Aux obsèques de Nadia Hassade organisées jeudi 20 octobre, plusieurs centaines de personnes étaient présentes pour une prière funéraire à la mosquée Aïcha comme en témoigne Télénantes. Une cagnotte en ligne a permis de collecter près de 12 000 € en faveur de la famille de la victime, désormais inhumée à Saint-Herblain.