Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

La police prise en flagrant délit de « faciès »

Les Noirs et les Arabes, des « délinquants virtuels »

Rédigé par | Lundi 24 Août 2009 à 05:01

           

Le contrôle au faciès est désormais une réalité. Selon une récente étude menée par le CNRS, les Arabes et les Noirs ont, respectivement, jusqu’à 11 et 15 fois plus de risques d’être contrôlés que les Blancs à Paris. Un problème que ne reconnaissent pas encore les autorités policières mais sur lequel il faudrait sérieusement réfléchir.



Les contrôles d'identité effectué par les policiers à Paris ont été jugés discriminatoires par le rapport « Polices et minorités visibles : les contrôles d’identité à Paris »
Les contrôles d'identité effectué par les policiers à Paris ont été jugés discriminatoires par le rapport « Polices et minorités visibles : les contrôles d’identité à Paris »
« Les contrôles d’identité effectués par les policiers se fondent principalement sur l’apparence : non pas sur ce que les gens font, mais sur ce qu’ils sont ou paraissent être ». Telle est la conclusion du rapport publiée le 30 juin dernier intitulée « Polices et minorités visibles : les contrôles d’identité à Paris ».

Ainsi, les Noirs ont entre 3,3 et 11,5 fois plus de risques de faire face aux contrôles policiers que les Blancs. Quant aux Arabes, ils ont entre 1,8 et 14,8 fois plus de risque d’être contrôlés. Ce qui n’était qu’un sentiment de discrimination de la part des minorités visibles est devenu un fait avéré scientifiquement.

Le rapport du CNRS et de l'Open Society Institute
Le rapport du CNRS et de l'Open Society Institute

Le profil ethnique et la tenue vestimentaire jugés

Cette étude a été menée de pair par deux chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Fabien Jobard et René Lévy, et l’Open Society Institute, une fondation privée américaine dont le but consiste à promouvoir la gouvernance démocratique et les droits humains.

Les résultats ont été établis à l’issue, d’une part, de l’observation, entre octobre 2007 et mai 2008, des caractéristiques des personnes passant sans se faire arrêter (37 000 au total) avec celles qui se sont fait contrôler (profil ethnique, âge, sexe et tenue) ; d’autre part, du décodage de 525 contrôles d’identité effectués sur cinq sites parisiens autour de la gare du Nord et de Châtelet.
Outre l’appartenance à une minorité visible, le port de vêtements associés aux « cultures jeunes » (gothique, punk, hip hop, rasta, etc.) augmente le risque d’être contrôlé. Alors que les personnes habillées typiquement « jeune » constituent 10 % de la population disponible sur les lieux, elles sont 47 % à avoir été contrôlées. Les deux tiers d’entre eux étaient issus de minorités visibles.

Considéré comme un acte de prévention contre les délits et les crimes, le contrôle d’identité vise à fouiller un suspect. Être Noir, Arabe ou habillé « jeune » serait, pour un certain nombre de policiers français, des indices étroitement liés au risque de commettre des infractions. La décision de contrôler les personnes en fonction de l’apparence physique est discriminatoire.
Pour lutter contre cette pratique, facilitée, selon l’étude, par « un cadre juridique permissif », une série de recommandations ont été émises à l’intention des autorités politiques et policières.

Reconnaître le « délit de faciès » pour mieux le combattre

Le rapport propose, entre autres, d’enregistrer systématiquement le profil ethnique des personnes contrôlées et d’expliquer les motifs du contrôle aux personnes concernées afin de vérifier l’impartialité des opérations.

Mais, avant tout, il est essentiel de « reconnaître publiquement l’existence d’un problème de contrôle au faciès » au sein de la police française et d’« encourager (…) les recherches pour déterminer l’ampleur du problème ». L’objectif est clair : « déboucher sur un vrai débat de société et sur des initiatives politiques » pour être en mesure d’affronter le problème.

Cependant, les autorités policières restent peu bavardes sur ce sujet. Un mois après la publication de ce rapport, la Préfecture de police de Paris n’a pas souhaité réagir aux questions de Saphirnews. « Elle s’est largement exprimée à ce sujet », justifie un porte-parole. Ce qui peut être interprété comme une frilosité dénote un certain malaise au sein du corps policier depuis la publication du rapport.

« Le travail policier ne peut pas s’apparenter à un sondage, où on chercherait à être représentatif de la population. Notre mission, c’est de prévenir des délits et des crimes, pas de représenter la société », déclarait la commissaire Marie Lajus, autre porte-parole de l’institution pour Mediapart. Les actes ne suivent pas encore les beaux discours. La mesure des discriminations reste bel et bien un sujet sensible en France.


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par LAKSIRI Najouaci le 24/08/2009 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut que les autoritées expliquent aux policiers qui " ont toujours raison" , que la societe francaise est composee de noirs , blancs , arabes, juifs,.... et que les " minorités " sont l avenir et le futur de la population. il faut un respect de ces communautées. et que les procureurs arretent d envoyer, pour un oui ou pour un non, des jeunes en prison, qui ne feront que s endurcir a leur sortie. il existent d autres solutions. la france à ses enfants, de couleurs ou pas, qu' elle en prenne la responsabilité un point c tout. ce n est pas au grand frere de gérer les crises puisque ce meme grand frère risque la garde à vue si il a frappé son petit frère ... il faut savoir ce kon veut.

2.Posté par bouata zalamit le 25/08/2009 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam aleykoum,
J'aimerais apporter un témoignage factuel sur le comportement des forces dites "de l'ordre".Mon fils agés de 16 ans s'est fait controler le lundi 24 août 2009 à 20h45 à 200 mètres de la maison par des policiers de la BAC.Contrôle au faciès bien évidemment mon fils quittant le domicile d'un ami pour venir faire l'iftar au domicile familial.Provocations policières qui, en manipulant la carte d'identité de notre fils,ce sont permisde lui dire qu'il " à une tête à claques" (dixit).Quels modèles proposent-ont aux jeunes ? Quant des fonctionnaires dépositaires de pouvoirs régaliens de l'état se comportent comme de vulgaires "délinquants".Notre fils est arrivé choqué à la maison car humilié par des personnes sensés le protéger.Ce fait en dit long sur l'état d'esprit qui règne chez certains fonctionnaires de police qui usent et abusent de leurs positions pour commetre des délits intolérables.Quid des vertues de l'exemplarité ?
Comment s'étonner de l'agressivité ambiante quand ceux censés établir la quiétude sociale se font les détonateurs de situations qui peuvent engendrer des violences.Stratégies volontaires ou bétises humaine ?

3.Posté par Gaëlle Langlois le 25/08/2009 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis assez pour que les policiers soient notés, c'est à dire, créer des groupes de jeunes policiers ou d associations, d origine maghrébines ou noires, se laisse controler, et noter tout ce qui vas pas. noter l heure de controle et la date ainsi que le lieu, si possible relever le numero de l immatriculation du dit vehicule de police afin de trouver les brebis galeuses et de les expedier aux champs, ou bien obliger chaque policier à avoir une caméra sur lui , qui rendra compte en cas de litige ou d exces de zèle..... et ainsi, limitera tout abus d un coté comme de l autre. je note et d apres les témoignages que la police n a plus grand chose de républicaine. c bien dommage.

4.Posté par ledaron le 27/08/2009 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si la notation n'est pas contraignante elle ne servira à rien!!
La logique corporatiste de ce corps de métier entrave la manifestation de la vérité quant aux débordements constatés un peu partout.
Qui contrôle la police si ce n'est que la police (IGS,IGPN)!!!
A qui se fier ?
La police dites républicaine a une bien triste réputation.Se souvenir d'octobre 61 à Paris ou mai 67 en Guadeloupe