Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La France prête à aider les Etats-Unis contre l’Etat islamique en Irak

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 8 Août 2014



Dans une allocution solennelle à la Maison Blanche, Barack Obama a annoncé, jeudi 7 août, qu’il avait autorisé des parachutages humanitaires en Irak et, si nécessaire, des frappes aériennes ciblées contre les combattants de l’Etat islamique (EI) qui menacent des positions où se trouvent des personnels américains. Pour éviter d'abord un « génocide » des minorités religieuses menacées par l’EI, a précisé le président américain.

Le week-end dernier, l’EI est entré à Sinjar, une ville où résidaient de nombreux Kurdes yazidis, une communauté considérée par l’EI comme des adorateurs du diable. Selon l’ONU, jusqu’à 200 000 personnes ont dû quitter Sinjar. Mercredi, c’est Qaracoche, une des plus grandes villes chrétiennes d’Irak, qui est tombée aux mains de l’EI.

Nombre de ces dizaines de milliers de chrétiens et de yazidis obligés de fuir de chez eux et de tout quitter du jour au lendemain se sont réfugiés à Erbil, la capitale du Kurdistan au nord de l’Irak. Mais d’autres ont été piégés dans les montagnes désertiques des environs, sans eau ni nourriture. C’est pour aider les réfugiés dans les montagnes, « qui font face à une mort presque certaine », a précisé Barack Obama, que les parachutages humanitaires américains vont être organisés.

L’EI a poursuivi son avancée ces jours derniers. Ils ne seraient plus qu’à 40 kilomètres d’Erbil. « S'ils avancent vers la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, ils seront visés par les frappes », a averti le président américain.

« Nous pouvons agir, de façon responsable et prudente, pour éviter un éventuel acte de génocide. (…) Nous sommes confrontés à une situation où des innocents pourraient être victimes de violences terribles. Les Etats-Unis ne peuvent détourner le regard », a déclaré Barack Obama. Mais en aucun cas des troupes au sol américaines n’interviendront. « Les Etats-Unis ne retourneront pas se battre en Irak », a précisé le locataire de la Maison Blanche, pour qui « il n’y a pas de solution militaire américaine à la crise ».

De son côté, François Hollande a déclaré, jeudi 7 août, être prêt à apporter le « soutien » de la France aux forces engagées pour stopper l’offensive de l’EI. Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni en urgence à la demande de Paris, a appelé à l'unanimité la communauté internationale à « soutenir le gouvernement et le peuple d'Irak et à faire tout ce qui est possible pour aider à soulager les souffrances de la population ».

Lire aussi :
L'Etat islamique cherche à prendre pied au Liban
Meetic Affinity, quand l'Etat islamique soigne ses combattants
Irak : des tombes de prophètes détruites par l'Etat islamique (vidéo)
La persécution des chrétiens d’Irak, contraire à l'islam dénonce l'OCI
Les chrétiens de Mossoul chassés par l’Etat islamique
« L’Etat islamique va s’installer durablement en Irak et en Syrie »
L'Irak plongé en plein chaos, le pouvoir dépassé