Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

L'arbre de la foi

« Minute de sens », par Hamza Braiki*

Rédigé par Hamza Braiki | Vendredi 8 Février 2013



Des générations durant, l’arbre observa l’homme dans son évolution. De combien de palabres fut-il témoin ? Combien d’enfants lui confièrent leurs secrets ? Car c’est sous son ombre que l’on retrouve le repos et que l’on s’instruit.

Une bonne parole est telle un bel arbre, nous exhorte Dieu, dont la racine est ferme et la ramure s'élançe dans le ciel, il donne à tout instant ses fruits. Rappelons-nous cet arbre interdit au couple originel, symbole de retenue face aux tentations. Ce buisson illuminé s’adressant à Moïse, ce palmier qui redonna force à Marie ou cet olivier sous lequel Jésus prêcha, sans oublier l’arbre témoin de l’allégeance de nos maîtres, les compagnons du Prophète. D’ailleurs si l’Heure dernière vous surprend, nous sermonne-t-il, alors que vous plantez un arbre, continuez. Autrement dit, conservez la main verte sur vos projets, même si la fin est inéluctable, l’échec inévitable.

L’arbre est capable de survivre au temps, le tronc témoigne des épreuves mais poursuit sa mission, marqué à vie. Ce qui caractérise les végétaux : leur patience, supportant les saisons, les intempéries, la sécheresse, et profitant du printemps pour montrer leur parure et revendre joie et espoir. A l’image d’un printemps prophétique optimiste après une saison hivernale glacée d’ignorance.

À l’origine, chaque graine est semblable, mais les destins peuvent grandement différer. Une herbe saisonnière ou un figuier millénaire ? Son issue sera-t-elle du papier, des meubles, des maisons, du combustible ou un cercueil ?

Pour s’épanouir, l’arbre dépend de la combinaison eau-terre-soleil, tout comme l’homme a besoin d’eau pour raviver son cœur, de terre pour semer ses projets et de soleil pour illuminer sa foi, et offrir les meilleurs fruits. Et c’est au fruit que l’on reconnaît l’arbre.

C’est ainsi que j’ai hérité d’un jardin fertile. J’y ai planté l’arbre du Rappel et de la science, que j’ai irrigué de patience. J’ai semé sous leur ombre des plants de vertus et de bonté. Laissant faire la nature, laissant faire Dieu pour la prospérité. Laissons les graines s’ensemencer au gré des vents et des marais.


* Hamza Braiki, jardinier… de cœur, Lyon