Connectez-vous S'inscrire






Livres

La révolution du sens

Par Jean-René Huleu*

Rédigé par Jean-René Huleu | Mercredi 4 Novembre 2009

« J’avais l’impression en écrivant d’être le canal de quelque chose qui me dépassait », disait modestement Éric Geoffroy aux personnes venues le féliciter à l’issue d’un débat à l’Institut du monde arabe (IMA) sur son dernier ouvrage, « L’Islam sera spirituel ou ne sera plus ». À la lecture de son livre, on trouve incontestablement une parole libre, un propos radical, au service de ce qui pourrait être une force régénérante : un mouvement de la religion vers une conscience d’ordre mystique.



La révolution du sens
Paraphrasant dans son titre la célèbre citation d’André Malraux : « Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas », l’essai d’Éric Geoffroy** est d’abord un constat sur notre époque dite postmoderne.

Comme les idéologies, les religions monothéistes sont en crise et, dans les représentations caricaturales et outrancières qu’en offrent leurs adeptes, elles apparaissent peu capables de porter les aspirations spirituelles de notre temps.

Le point de vue de l’auteur recoupe ceux de quelques penseurs musulmans d’Orient et d’Occident sur le désenchantement du monde et la sclérose religieuse.

La Parole divine que les religions sont censées véhiculer disparaît, recouverte des vernis et des ors − et des fatwas − surajoutés par les humains au cours des siècles, provoquant une inversion du sens. Les religions deviennent un instrument d’asservissement alors que le flux spirituel des sources est un message d’émancipation.

L’islam n’échappe pas à ce phénomène régressif : moyens de persuasion financiers des wahhabites, action des groupes salafistes sur le terrain, confusion entre le culturel et le culte et juridisme outrancier des oulémas conduisent à l’inversion des valeurs initiales de la religion. Refermer le message pour gérer. Même le confrérisme des voies soufies peut se montrer en perte de spiritualité.

Régénération par la spiritualité

La sortie de cette impasse ne peut se faire par un alignement de l’islam sur la « raison », celle-ci ayant montré ses limites dans les outrances de la rationalité et du scientisme au siècle dernier. La solution à la crise de la religion est radicalement et pleinement spirituelle.

Éric Geoffroy affirme la nécessité et l’urgence à retrouver par la spiritualité les données de la Révélation coranique. Et il rappelle les circonstances de l’Histoire où le soufisme permit de régénérer l’islam. Le dépassement vertical de la spiritualité qui fait si peur à tous les etablishments. On pense à l’imam Ghazâlî qui, allant de la science à la voie spirituelle, sut en son temps remettre l’Esprit au cœur de la religion.

Comme lui, Éric Geoffroy s’appuie sur sa « science », son érudition d’islamologue et d’universitaire, mais aussi sur sa pratique au sein d’une tariqa soufie, pour nous livrer cette réflexion. Un appel d’air salvateur, une mise au point capitale et des conclusions qui vont jusqu’à la refonte dans l’appréhension de la Révélation coranique, saisie par la spiritualité. Une vraie révolution du sens.

* Avec Marie-Odile Delacour, Jean-René Huleu, journaliste et écrivain, a publié les écrits d’Isabelle Eberhardt à l’occasion du centenaire. Il est co-auteur, notamment, de Le Voyage soufi d’Isabelle Eberhardt, Éd. Gallimard - Joëlle Losfeld, 2008.
** Éric Geoffroy, L’Islam sera spirituel ou ne sera plus, Éd. du Seuil, 2009.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu