Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Italie : des immigrés en colère se cousent la bouche

Rédigé par La Rédaction | Mardi 24 Décembre 2013



Quelques jours après la diffusion choc d’une vidéo montrant le traitement inhumain avec lequel sont traités les migrants dans le centre de détention de l’île de Lampedusa, quatre immigrés maghrébins ont tenu à manifester de façon spectaculaire leur indignation dans un centre d’accueil à Rome. Ces migrants, âgés de vingt et trente ans, se sont cousus la bouche, samedi 21 décembre, avec un fil extrait d'une couverture et une petite aiguille.

Avec ce geste, qui en dit long sur leur état moral, ils souhaitaient protester contre leur immobilisation prolongée dans ce centre d’accueil des immigrés de la capitale italienne qui abrite une centaine de clandestins, hommes et femmes. Les quatre hommes ont été pris en charge médicalement. L'un d'eux aurait dû être rapatrié lundi dans son pays. « Leur révolte nous impose de rouvrir le débat national sur des centres inhumains et une législation qui assimile ceux qui fuient les guerres, la violence et les pauvretés à des criminels de guerre », a réagi le maire de Rome, Ignazio Marino.

Depuis le naufrage d’une embarcation près de Lampedusa, qui a coûté la vie à des centaines de migrants en octobre dernier, l’Union européenne tente de trouver une solution aux drames de l’immigration.

Le sujet était une nouvelle fois sur la table, lors du Conseil européen, les 19 et 20 décembre. L’instance « a demandé que les mesures identifiées pour prévenir, à l’avenir, la survenance de tragédies telles que celle intervenue près des côtes de Lampedusa soient mises en œuvre avec détermination », rapporte le gouvernement français dans un communiqué.

Auparavant, Cecilia Malmström, la commissaire de l'UE aux Affaires intérieures, a indiqué qu'une enquête a été ouverte dans plusieurs centres de rétention italiens.

Lire aussi :
Lampedusa : des migrants traités comme des animaux (vidéo)
Immigration : plus de 130 morts à Lampedusa
Lampedusa : des dizaines de corps repêchés