Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Invitons les musulmans à leur autocritique !

Par Anouar Kbibech*

Rédigé par Anouar Kbibech | Jeudi 15 Avril 2010 à 00:00

           


Anouar Kbibech est président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) et secrétaire général du CFCM.
Anouar Kbibech est président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) et secrétaire général du CFCM.
Au cours des derniers mois, l’islam et les musulmans de France se sont retrouvés de plus en plus dans l’« œil du cyclone » !

Tout d’abord, il y a eu le débat sur le « voile intégral » lancé en mai 2009. L’emballement médiatique qui s’est ensuivi et la tournure prise par le débat ont donné lieu à des amalgames qui ont stigmatisé toute une religion.

Puis est venu le débat sur l’« identité nationale » lancé en novembre 2009. Ce débat se voulait digne, noble et serein sur les valeurs qui unissaient les Français et qui forgeaient leur destin commun. Malheureusement, il s’est peu à peu focalisé sur la question de l’immigration dans la société française pour se cristalliser sur celle de l’islam et des musulmans dans l’identité française.

Enfin, pour couronner le tout, il y a eu cette polémique sur les « Quick halal » ainsi que l’affaire de la « candidate voilée » aux dernières élections régionales.

Il est incontestable que certains « dérapages » ont pu être commis ici ou là dans le cadre de ces différents débats. Cependant, personne ne peut ignorer l'élan de solidarité fraternelle qui s'est manifesté à l'égard des musulmans de France par de nombreux concitoyens, au-delà de leur appartenance politique ou de leur conviction religieuse.

Ces péripéties ont toutefois été « le révélateur » d’un malaise plus profond, le « thermomètre » qui mesure une certaine poussée de fièvre… et ce n’est pas en cassant le thermomètre que nous ferons baisser la température !

Le Rassemblement des musulmans de France formule le vœu que cette année 2010, malgré ses débuts houleux, marque enfin le retour à la sérénité et à la lucidité quant à la place de l’islam et des musulmans dans les sociétés européennes en général... et dans la société française en particulier.

Vers un regard positif, serein et lucide sur la place de l’islam

Tout le monde s’accorde sur la prédominance de la tradition judéo-chrétienne en France. Mais tout le monde reconnaît également que le principe de la laïcité fait de la France une République totalement neutre envers les religions et entièrement indépendante de toute conception théologique. La France assure donc à tous les citoyens la liberté de croire ou de ne pas croire, de pratiquer ou de ne pas pratiquer une religion.

Par ailleurs, l’apport de nos concitoyens de confession musulmane se confirme de jour en jour. Cette contribution positive s'illustre à plusieurs niveaux et dans plusieurs domaines : économique, politique, scientifique, culturel, sportif, artistique…

Ne faudrait-il pas reconnaître enfin l’apport positif de l’islam et des musulmans à la France ? Malgré les turbulences, la France des droits de l’homme ne peut se renier ! Plus que jamais, la devise de la République doit rester « Liberté, Egalité, Fraternité » :
− liberté de croyance pour tous les citoyens ;
− égalité entre tous les citoyens, au-delà de leur origine ou de leur religion ;
− fraternité entre les différentes composantes de la communauté nationale, y compris pour sa composante musulmane.

Les musulmans de France n’aspirent qu’à vivre sereinement et paisiblement leur spiritualité, en évitant toute provocation et en refusant toute stigmatisation.

Les musulmans sont en droit d'exiger la reconnaissance et le respect de la mémoire de leurs coreligionnaires tombés sur le champ d’honneur pour que la France soit libre et le demeure.

Ils sont en droit d’exiger la reconnaissance de leur contribution citoyenne, par leur travail et leurs sacrifices, comme tous les autres citoyens, à la construction et à la prospérité de leur pays.

Ils sont en droit de revendiquer que leur citoyenneté ne puisse être assimilée à une citoyenneté de second plan ni faire l'objet d'une quelconque remise en cause.

De la victimisation à l’autocritique constructive

Concernant les musulmans eux-mêmes, et à travers les péripéties des débats actuels, il y a tout de même une question qui devrait nous interpeller en tant que musulmans ! Comme l’a souligné le président de la République dans une tribune publiée dans Le Monde : « Pourquoi en Suisse, pays qui a une longue tradition d’ouverture, d’hospitalité, de tolérance, un tel rejet peut-il s’exprimer avec tant de force ? »

La même question pourrait être transposée pour la France : « Pourquoi en France, pays qui a une longue tradition d’intégration, d’hospitalité, de tolérance, de telles peurs peuvent-elles s’exprimer avec tant d’inquiétude ?» La réponse doit peut-être venir également des musulmans eux-mêmes !

En effet, ceux-ci assurent-ils une cohérence entre leurs actes et leurs paroles ? Sont-ils à la hauteur des valeurs et de l’éthique qu’ils portent et qu’ils défendent ?

Au-delà des clichés et des préjugés que certains médias malintentionnés peuvent colporter, au-delà des attaques et des campagnes que certains milieux islamophobes peuvent développer, les musulmans ne peuvent rester insensibles aux peurs et aux inquiétudes exprimés dans les débats actuels par certains de leurs concitoyens. Les musulmans doivent s’interroger sur l’image qu’ils projettent dans la société !

En définitive, les musulmans ne peuvent se dédouaner de leur propre part de responsabilité dans l'existence et le développement de ces sentiments, même si ceux-ci sont souvent irrationnels. Les musulmans ont besoin d’une revivification de leur religion et de la réforme de leur pratique !

Certes, ce renouveau ne peut concerner les principes immuables de l'islam. En revanche, il peut concerner les aspects qui se prêtent à l'effort intellectuel (ijtihad) pour répondre aux variations et au changement de l'environnement. Cet effort correspond à une action de contextualisation dans le temps et dans l'espace, pour le respect de l’esprit de la religion et l'ajustement de son application dans une société et une réalité en perpétuel développement et transformation.

Les musulmans ont également besoin d’ouverture ! Ils ont besoin de s'ouvrir à la société dans laquelle ils vivent ainsi qu'à toutes ses composantes religieuses, culturelles, syndicales, politiques, etc. Ils doivent également s’ouvrir à leurs collègues de travail et à leurs voisins dans leur quartier, dans leur entreprise, dans leur école, etc.

Une telle ouverture à l’autre ne peut avoir que des retombées positives pour tout le monde.

Epilogue

Prenons conscience de part et d’autre ! Que chacun contribue à faire tomber les murs et les barrières, à apaiser les peurs et les angoisses. Que chacun donne tous leurs sens aux valeurs de respect et de fraternité.

Il y va du maintien de la cohésion nationale et de la concrétisation du « vivre-ensemble » auxquels tout le monde aspire dans ce beau pays qu’est la France.


* Anouar Kbibech est président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) et secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM).






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Tâlib le 15/04/2010 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
As'salamoualaykoum,

@ Anouar Kbibech

Ce genre d'invitation à l'auto-critique individuelle et communautaire circule déjà depuis un certain temps sur internet, c'est bien qu'en 2010, le RMF / CFCM fasse ce constat et invite les musulman(e)s a privilégier l'auto-critique communautaire, plutôt que la victimisation / plainte / lamentation / "syndrôme de l'oppression permanente" ... Mais qu'en est-il de l'auto-critique et de la critique du CFCM ? Est-ce que vous, Anouar Kbibech, ainsi que tous les membres du CFCM sont aujourd'hui prêt a écouter et entendre les critiques constructives des musulman(e)s concernant le CFCM et son rôle ? Est-ce que le CFCM est enfin prêt à consulter tou(te)s les musulman(e)s, et pas que les musulman(e)s faisant partie des adhérents des associations affiliées au CFCM ? ... ?

Anouar Kbibech, êtes-vous prêts à débattre, humblement et fraternellement, concernant le CFCM, les musulman(e)s et la société française ? Êtes-vous prêts vous et d'autres membres du CFCM à dialoguer sur divers sujets ? ... ? Si tel était le cas, sachez que nombreu(ses)x sont les musulman(e)s qui souhaiteraient vous poser des questions et avoir vos réponses, incha'ALLAH !?

Was'salamoualaykoum.

2.Posté par EL AKARI IHMED le 16/04/2010 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AUTO CRITIQUE DES MUSULMANS C EST A DIRE CRITIQUER LA RELIGION MUSULMANNE QUI REVIENS DONC A CRTITQUER LES LOIS RELIGIEUSES ENVOYEES PAR ALLAH LE TRES HAUT? UNE QUESTION M INTERPELLE? ETES VOUS CONSCIENT? RAISONNEZ VOUS?

3.Posté par Tâlib le 16/04/2010 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
As'salamoualaykoum,

@ EL AKARI IHMED

Calmez-vous ... Faites "mouhassaba wa tawba" avant de taper votre message en majuscule sans comprendre les termes utilisés dans cet article. L'auto-critique, la critique constructive, le pieux conseils, ... font partie intégrante des enseignements de l'Islam. A vous d'essayer de raisonner maintenant, incha'ALLAH. Qu'ALLAH Ta'âla augmente la foi et le savoir des musulman(e)s, amîne.

Was'salamoualaykoum.

4.Posté par mcdemtl le 18/04/2010 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
− liberté de croyance pour tous les citoyens

Voilà ce qui accroche pour les musulmans, oui à la liberté de religion si cela va dans le sens de l'Islam. Le contraire NON NON NON et NON.

une vision inconciliable dans un monde libre et démocratique.

5.Posté par Tâlib le 20/04/2010 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
As'salamoualaykoum,

@ mcdemtl
(essayez de vous exprimer avec une vraie identité, ainsi qu'en votre nom et pas au nom des musulman(e)s)

Je vous invite à lire et relire le tafsîrd'ibnou Kathîr رحمه الله (entre autre)de ces deux verset, incha'ALLAH:

"Nulle contrainte en religion, la voie droite se distingue clairement de l’égarement"(Sourate Al-Baqarah 2 - Verset 256) "Si ton Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ?"(Sourate 10:99)

Et rappelons-nous aussi, par exemple, le comportement de Al-Amîr al-Mouminounرضي الله عنه, qui lui était un compagnon rude mais juste, et bien plus rigoureux dans sa compréhension et pratique de l'Islam que vous et moi-même :

Le pacte de `Oumar Ibn Al-Khattâb رضي الله عنه avec les habitants de Jérusalem consigne leur liberté de culte et la sacralité de leurs temples et rituels : "Ceci est ce que le serviteur d’Allâh, `Oumar, le Prince des Croyants رضي الله عنه accorde aux habitants de Jérusalem comme sécurité : Il leur accorde la sécurité pour leurs vies, leurs biens, leurs églises, leurs croix et l’ensemble de leur religion. Leurs églises ne peuvent être habitées, ni démolies, ni entamées qu’il s’agisse de leur espace, de leurs croix, ou de leurs biens. Ils ne seront pas contraints à abandonner leur religion, personne parmi eux ne sera inquiété et aucun juif n’habitera avec eux dans Jérusalem..."(Source : Târîkh At-Tabarî, "Les Chroniques de Tabarî", édition Dâr Al-...  

6.Posté par lili le 11/02/2013 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et bien, en ayant vu le titre de l'article, je m'attendais à une véritable auto-critique ,or, il n'en est rien. Encore une fois, il s'agit de propos probablement bien intentionnés mais dénués de faits conrets , innacceptables commis par des personnes de la communauté musulmane. Je parle bien sûr de ceux qui ont la chance d'avoir immigré en terre chrétienne mais qui désirent reproduire un système islamique en occident.

Pour nous ,juste le fait de s'ostraciser par le voile s'avère agressant. Plusieurs femmes disent qu'elles ne le portaient pas dans leur pays et commencent à le porter ailleurs en occident. N'est -ce pas une façon de démontrer qu'à coups sûrs elles ne sont pas des infidèles? Des femmes de moindre pureté et dénuées de respect de leur corps? N'est-ce pas là un signe que ces gens refusent le fait de s'intégrer au pays d'accueil? A mon sens, oui à toutes ses réponses. Je considère qu,il est anormal que les pays à forte immigration musulmane se etrouvent à devoir composer avec des valeurs et des normes, des mesures alimentaires (viande hallal par exemple) qui ne font absolument pas parti de leur culture, leur valeurs. Et oui, le voile est politique, ce n'est pas un simple bout de tissus anodin, habit ``comme les autres``, si ce n'était que ca,la femme voilée déciderait en vue de respecter le peuple d'accueil non musulman de refuser de le porter afin d'être discrète et vivre dans son coeur son obédience.

Dans la mesure où l'islam interdit la critique de ses dogmes p...  

7.Posté par lili le 11/02/2013 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour ce qui est de la sourate 2 verset 256, quand on poursuit la lecture de ladite sourate, il apparait évident que celle-ci n'a plus de valeurs. Au fait, n'a t-elle pas été abrogée? De toute façon , tout le coran est parsemé de versets appelant au meurtre des singes et des porcs n'est -ce pas? Les gens du livre ne sont guères admirés dans le coran , c'est plutôt le contraire. Or, il devient difficile je pense de respecter fondamentalement les chrétiens et les juifs quand ses mêmes versets sont inlassablement répétés au cours d'une vie. L'institution d'une société islamique à l'échelle mondiale n'est-t-elle pas prônée par les textes fondamentaux de l'islam? Car j'en ai lu moi des extraits du genre.