Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Imams de France : il faut savoir communiquer !

Par Abderrahmane Nafaa

Rédigé par Abderrahmane Nafaa | Mercredi 19 Janvier 2011



Imams de France : il faut savoir communiquer !
La communication est un élément indispensable pour établir une relation quelconque, à un moment donné, avec l’autre. C’est le fait de lui transmettre des informations d’une façon directe ou indirecte. Cette approche interpersonnelle est obligatoire pour faire circuler les pensées et les idées indispensables.

Concrètement et si nous voulons étudier le taux de communication entre les imams de France, nous serons confrontés à des résultats plus ou moins négatifs. L’image qui nous parvient de leur territoire ainsi que la multitude des informations nous confirment que les liens entre eux sont encore plus fragiles qu’auparavant.

Nous cherchons non pas à gommer les relations préexistantes entre eux, mais à les améliorer et à les transformer : de « sous-entendu » à l’« entendu ».

Les imams de France sont des citoyens. Leur rôle et leur place en tant qu’acteurs doivent être bien identifiés. Et c’est grâce à cette identification qu’ils peuvent éviter des conflits inutiles avec les fidèles, la société ou les autorités.

Comment peuvent-ils donc jouer un rôle valorisant dans la vie collective ? Leurs actes cultuels peuvent-ils rimer avec le schéma social ? Quelle genre de complémentarité sont-ils capables de fournir à leur pays qu’est la France ?

L’imamat, une entreprise digne des imams

L’imamat est une entreprise qui doit fonctionner au sein d’un réseau encadré, préétabli et digne de cette fonction. Un imam qui s’engage dans l’enseignement religieux sans être orienté et selon son bon vouloir, qui préfère faire les « choses à moitié », restera plus longtemps isolé et déconnecté du monde extérieur et des aspirations des fidèles.

La communication entre les imams est donc nécessaire pour remédier à une telle situation. Elle favorise leurs rapprochements, très attendus par la société civile, et leurs échanges de savoir-faire. C’est aussi une manière absolue pour aboutir à une fécondation intellectuelle afin d’ébranler les différences et de libérer la parole.

Un imam réussi est un imam qui vit simultanément pour lui et pour sa société. C’est un imam qui doit aller à la recherche d’informations, qui voyage pour acquérir la sagesse et la juste réponse et qui doit, en même temps, simplifier la vie de ses adeptes.

Les imams sont des êtres sociaux qui se doivent de fréquenter leurs prochains. Si chacun choisit de rester cantonné dans son petit monde et si les responsables religieux ne s’intéressent pas de plus près à leurs situations, la France continuera à vivre différents modèles de l’islam. Plusieurs fautes et dérives seront commises par manque de communication, et beaucoup de divergences auront lieu par absence de transmission. Il y aura même des petites minorités de tendance radicale très gênantes qui apparaîtront et s’imposeront sur le terrain à cause de l’insuffisance de confiance qu’elles pourraient prêter aux imams.

Ce que nous attendons des imams à travers la communication

Un imam est comme un organe pour un corps. Tant qu’il est seul ou isolé, il ne pourra pas fonctionner correctement, alors que s’il est lié à d’autres organes similaires, il favorisera des résultats positifs, parce qu’il vit et se nourrit de son attachement direct aux autres organes.

Ce que nous attendons des imams à travers cette communication, c’est de discuter des problèmes réels des jeunes et de rassasier leur faim farouche de savoirs et leur soif intenable. Mais, avant tout, un imam engagé doit :
– être réaliste ;
– avoir le sens de la responsabilité ;
– être observateur et acteur ;
– avoir le sens de l’écoute ;
– avoir la capacité d’interprétation et d’analyse.

Pour que la communication soit opérationnelle, nous pensons que les imams de France doivent changer leurs méthodes d’interprétation des relations avec le monde extérieur. Ils doivent se libérer des conceptions étroites qui prohibent tout acte de libération.

Pour commencer, ils doivent user des outils informatiques et se réunir autour d’un forum afin de discuter entre eux et échanger leurs idées sur différentes questions d’actualité ou de l’avenir le plus proche. Ce forum sera une source de développement de leur situation et un moyen pour stabiliser leur savoir-faire. Il sera aussi :
– un grand espace pour accueillir des milliers de propositions et répondre à différentes questions d’ordre religieux ;
– un lieu de participation au dialogue religieux entre les imams eux-mêmes et interreligieux avec les autres confessions ;
– un domaine de partage des fatwas les plus pointues ou sensibles ;
– une réponse aux attentes des gouvernements qui cherchent un interlocuteur fiable ;
– une sauvegarde des décisions unanimes des imams de France.

Toutefois et suite à diverses consultations, des anomalies persistent laissant apparaître des obstacles difficiles à franchir ; la vérité est digne d’être regardée en face, bien qu’elle déplaise aux autorités religieuses. Cela concerne les imams, en particulier :
– la plupart souffre de lacunes linguistiques ;
– un nombre important n’est pas encore équipé d’ordinateur ;
– d’autres n’ont n’a pas d’adresse électronique ;
– la majorité détient un agenda saturé et n’a plus le temps nécessaire pour s’intéresser aux outils informatiques.

Que faire donc face à cette crise ? Pourquoi cet éloignement ?

Afin de polariser cette situation à laquelle se trouvent confrontés les imams de France, il serait important que les autorités religieuses et les dirigeants des associations musulmanes réfléchissent sérieusement à la question.

Notre objectif est de ne pas renverser l’imam, mais de le sensibiliser et le pousser à se révolter d’une manière pacifique afin de se construire.

Un imam doit s’ouvrir sur le monde qui l’entoure. Il est amené à connaître l’historique social des Français pour apporter des réponses justes aux grandes questions des fidèles. Un imam est aussi un illustrateur de sa religion et un rassembleur. C’est un sociologue de qualité et un psychologue par excellence. Le devoir d’un imam n’est pas d’attendre dans son asile à l’intérieur de la mosquée l’arrivée des fidèles l’un après l’autre pour les écouter et leurs proposer des réponses/fatwas qui, la plupart des temps, ne relèvent pas du contexte vécu. Il doit savoir aussi que c’est la fatwa qui va vers les gens et se glisse dans leur vie quotidienne.

Quant aux autorités religieuses, elles doivent, de leur côté, favoriser auprès des imams la communication idoine et nécessaire avec le monde extérieur, comme elles doivent les épauler pour organiser des rencontres annuelles, sous forme de colloques, mensuelles, sous forme de cercles de réflexion, ou quotidienne, à travers un forum d’échanges en plusieurs langues vivantes.

Un forum riche et fructueux

L’intérêt essentiel de ce forum est double.

D’une part, il sera une base de données des imams de France et un cadre référentiel. La solidité de ce forum sera constatée le jour où il parviendra à concrétiser les choses suivantes :
– Présenter la vraie religion musulmane dans sa neutralité au grand public ;
– Défendre avec transparence les principes de l’islam ;
– Expliquer les finalités de l’islam ;
– Faire de ce forum à la fois une académie populaire où peuvent y participer même les intellectuels et les grands chercheurs dans le domaine de l’intégration de l’islam en Europe et, en même temps, une banque d’idées sous forme de source englobant le culturel et le cultuel ;
– Favoriser une intégration réussie ;
– Mettre en place à travers ce forum des formations continues et des études de cas jugées très difficiles.

D’autre part, ce forum favorisera le contact permanent entre les imams en vue de tisser des liens de communication et d’échanges solides entre eux. Les imams de France sont attendus solennellement par les fidèles et sollicités vivement par la société. Un imam seul, isolé, marginalisé, retenu dans son fief, ne peut en aucun cas poursuivre l’évolution de la société ni mettre la main sur les calamités de chacun.

Des sujets importants ont besoin d’être soigneusement traités et des défis de taille se lancent devant les ministres de culte : Quelles réponses ont-ils préparé ? Quelles méthodes vont-ils suivre pour y remédier ? Quel taux de satisfaction leur réserve la population ? Leur rassemblement ne serait-il pas indispensable pour faire face aux défis qui les entourent ?

Des taux d’insatisfactions ne cessent d’augmenter et la grande majorité des jeunes pratiquants ne cache pas son mécontentement des méthodes et styles modestes préconisés par des imams. Les griefs de ces jeunes se multiplient, leurs taux de respect vis-à-vis des imams commencent à diminuer et leur rêve fragile se construit et se détruit subitement sans laisser de trace ainsi que leur désir farouche de rester attaché à leur religion ne cesse de se déformer.

Il est temps que les imams se heurtent à la vérité et se prononcent sur leur sort au lieu de laisser à chaque fois les « autres » parler pour eux. Leur voix ne sera jamais entendue tant que l’on ne sait pas encore à quoi elle ressemble !