Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

« Il était plusieurs foi(s) », un salon du livre jeunesse dédié à la diversité spirituelle

Rédigé par | Lundi 12 Novembre 2018

Des spiritualités vivantes en dialogue. Dimanche 18 novembre a lieu le 2e salon du Livre Jeunesse & Spiritualités « Il était plusieurs foi(s) », au Forum 104 (Paris 6e). Initié par l’association Écritures & Spiritualités, il accueille une trentaine d’auteurs, d’illustrateurs et de conteurs, invite les plus jeunes à des ateliers et les adultes à une table ronde sur le thème de la transmission. Interview de ses deux co-organisatrices, Christine Ray, présidente, et Karima Berger, vice-présidente.



C’est à la suite des attentats de 2015 que l’association Écritures & Spiritualités, qui décerne un prix littéraire depuis 1979, a voulu organiser un salon du livre dédié à la jeunesse. Objectif : inviter les jeunes et leurs parents, mais aussi la communauté éducative, à découvrir les grandes traditions spirituelles à travers la littérature, les livres illustrés et la bande dessinée. Fort du succès de la 1re édition de 2016, le salon « Il était plusieurs foi(s) » se tient de nouveau le 18 novembre 2018 au Forum 104, à Paris.
C’est à la suite des attentats de 2015 que l’association Écritures & Spiritualités, qui décerne un prix littéraire depuis 1979, a voulu organiser un salon du livre dédié à la jeunesse. Objectif : inviter les jeunes et leurs parents, mais aussi la communauté éducative, à découvrir les grandes traditions spirituelles à travers la littérature, les livres illustrés et la bande dessinée. Fort du succès de la 1re édition de 2016, le salon « Il était plusieurs foi(s) » se tient de nouveau le 18 novembre 2018 au Forum 104, à Paris.

Saphirnews : Pourquoi organiser un salon du livre pour la jeunesse orienté sur les spiritualités ?

Christine Ray : On se demande plutôt pourquoi il n’existe pas déjà ! Quand un jeune s’interroge : c’est quoi la religion de mon camarade, pourquoi ce passant dans la rue porte une croix ou cet autre égrène son chapelet… comment répondre ?

L’électrochoc, ce sont les attentats de novembre 2015, qui ont meurtri nos âmes mais aussi nos consciences. Que faisons-nous ? Que faut-il faire ?

Nous avons décidé de nous adresser à la jeunesse : si elle est la cible des terroristes, alors elle doit être la cible de nos Lumières. En tant qu’auteurs inspirés par nos textes sacrés qui fondent nos cultures respectives, nous devons transmettre, aider par les mots, les contes, les romans à lire et à mieux comprendre… Et peut-être même à aimer ou à se laisser émouvoir par la religion du voisin ou du camarade.

Il n’est pas anodin d’intituler ce salon « Il était plusieurs foi(s) ». Quel récit voulez-vous en faire ?

Karima Berger : Nous avons choisi ce titre qui dit l’enfance et l’enfance du monde aussi car « il était plusieurs foi(s) » depuis la nuit des temps… L’Univers eut beaucoup d’enfants. Et, depuis, les enfants se demandent : « Il est où Dieu ? C'est Qui Dieu ? Pourquoi se dispute-t-on à son sujet ? Que croient mes amis chrétiens, juifs, musulmans, athées ? »

Nous avons hérité de nos religions un trésor. C’est une nourriture pour toute une vie, c’est notre berceau natal qui nous a transmis prières, rites, légendes, joies, silence, paix, musique… Comment les partager ?

Quand vous dites « religion », pouvez-vous préciser ?

Christine Ray : On ne trouvera pas des livres sur « Comment faire la prière » ou « Comment faire le jeûne du Ramadan » ou sur les gestes de tel ou tel rite. Les livres présents ne seront pas de la « catéchèse », comme disent les catholiques. Mais ils seront orientés sur l’esprit, le cœur, l’âme même de nos religions et sur le noyau vibrant qu’il faut vivifier au risque de le voir réduit à des gestes sans intelligence.

Nous comptons aussi les sensibilités agnostiques en quête de sens, de recherches de réponses à ces interrogations plus vives que jamais depuis que les religions sont perçues comme facteurs de violence. C’est un peu « notre part de colibri », selon l’expression de Pierre Rabhi, à l’art de vivre dans une diversité que la réalité de notre pays exige aujourd’hui.

À qui s’adresse ce salon ?

Karima Berger : Outre les jeunes, leurs parents, parfois coupés de leurs sources spirituelles et souvent démunis pour répondre aux questions de leurs enfants confrontés à l’école à toutes sortes de fake news… Laissera-t-on faire les seuls médias et les réseaux sociaux ? Nos jeunes méritent mieux.

Le salon est aussi ouvert aux formateurs, aux enseignants pour découvrir par des livres intelligents et modernes les grandes traditions spirituelles vivantes.

Quelles sont les personnalités présentes au salon ?

Karima Berger : Nous avons invité le président de l’Observatoire de la laïcité Jean-Louis Bianco à inaugurer le salon. On pourra rencontrer les auteurs, de confessions différentes, qui viendront dédicacer leurs ouvrages ou leurs BD.

Sur le thème de la transmission, une table ronde convie, notamment, le théologien Ghaleb Bencheikh, le rabbin Pauline Bebe et la présidente de Coexister Radia Bakkouch. Sont organisés des ateliers sur la question « Dieu parle-t-il aux jeunes ? », « Écouter l’autre dans sa foi différente ou ses doutes » et, pour les plus jeunes, des « ateliers des Lumières » (Hanoukka, Mouloud et Avent)... Une librairie éphémère proposera les meilleurs livres sur le sujet. Et puis la magnifique chanteuse Mitchélée clôturera la journée avec des chants spirituels du monde.

C’est à la fois le savoir mais aussi la poésie, le dessin, l'imagination, le théâtre, tout cela qui vient à nous aujourd'hui et nous grandit : nous sommes tous des enfants ! Comment forger l’« oiseau de son âme », disait Rûmî, pour qu’il entende son propre chant et ainsi mieux s’accorder à celui qui s’élève tout près de lui.

L’association Écritures & Spiritualités a plus de 40 ans d'existence. Racontez-nous sa genèse.

Christine Ray : Écritures & Spiritualités a été créée en 1977, à l’initiative de grands écrivains ou poètes comme le chrétien orthodoxe Olivier Clément, le poète juif Claude Vigée, le philosophe Mohamed Talbi, la spécialiste du soufisme Éva de Vitray-Meyerovitch.

Dans un contexte de sécularisation massive, les fondateurs ont souhaité faire connaitre et faire vivre une littérature de la foi, de la quête, rassemblant des auteurs venus de différentes traditions tout en recherchant la qualité littéraire. Car un livre, quel que soit l’intérêt de son sujet, s’il n’est pas « bien écrit » au sens de la beauté, du choix, du soin, de la précision des mots, ne provoquera pas d’émotion et ne touchera pas le lecteur.

Chaque année, depuis 1979, l’association décerne le prix Écritures & Spiritualités récompensant de grands auteurs. Parmi eux, citons le regretté Malek Chebel, titulaire du prix en 2004, ainsi que le poète marocain Abdellatif Laabi, en 2016.

En quoi la littérature, l'écriture, le plaisir de la lecture ont-ils toujours un rôle à jouer auprès de la jeunesse aujourd’hui happée par les réseaux sociaux et la multiplicité des écrans ?

Karima Berger : Ce qui vient d’être dit par ma collègue vaut encore plus pour la jeunesse. Il faut aussi rêver, espérer, imaginer, inventer ! C’est tout cela qui fait « passerelle » entre les univers spirituels et l’ouverture à un humain universel.

C’est notre devoir d’écrivain, aujourd’hui, dans notre France contemporaine que de contribuer à faire connaitre cette littérature au travers de salons du livre alternant une année sur l’autre livres pour adultes et livres pour la jeunesse.

Certes, nous sommes une petite association d’écrivains, de toutes confessions, mais nous nous sentons tous responsables de la dignité de nos croyances et de ceux qui les portent et les vivent au quotidien. Nous participons ainsi au travail de culture qu’un pays doit sans cesse remettre sur le métier.

En savoir plus : www.ecrituresetspiritualités.fr

*****
Écrivain, journaliste et artiste plasticienne, Christine Ray est notamment l’auteure de Christian de Chergé – Une biographie spirituelle du prieur de Tibhirine (Albin Michel, 2010) et de l’ouvrage jeunesse Sur les pages de Christian de Chergé, moine de Tibhirine (avec Pierre-Yves Cézard, Bayard, 2018). Elle préside depuis 2017 l’association Écritures & Spiritualités.

Auteure de nombreux romans, Karima Berger a notamment publié Hégires (Actes Sud, 2017) Mektouba (Albin Michel, 2016), Les Attentives – Un dialogue avec Etty Hillesum (Albin Michel, 2014). Ancienne présidente d’Écritures & Spiritualités, elle en est actuellement vice-présidente.



Journaliste à Saphirnews.com ; rédactrice en chef de Salamnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Tunis CHIRU le 10/12/2018 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Dans un contexte de sécularisation massive, les fondateurs ont souhaité faire connaitre et faire vivre une littérature de la foi, de la quête, rassemblant des auteurs venus de différentes traditions tout en recherchant la qualité littéraire. Car un livre, quel que soit l’intérêt de son sujet, s’il n’est pas « bien écrit » au sens de la beauté, du choix, du soin, de la précision des mots, ne provoquera pas d’émotion et ne touchera pas le lecteur. "
chirurgie esthetique du nez en Tunisie la beauté de votre visage la beauté de votre ame

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.