Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Faux tracts de Mélenchon associé à l'islam : Marine Le Pen devant la justice

Rédigé par La Rédaction | Mardi 10 Décembre 2013



Marine Le Pen est citée à comparaître mardi 10 décembre devant le tribunal correctionnel de Béthune (Pas-de-Calais). La présidente du Front national est poursuivie avec deux militants par Jean-Luc Mélenchon dans une affaire de faux tracts distribués par des militants du FN lors de la campagne des élections législatives, en mai 2012, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où s’affrontaient l’ex- président du Front de gauche et Marine Le Pen.

Sur ces tracts, on pouvait voir la photo de Jean-Luc Mélenchon accompagnée d'un texte reproduisant l'une de ses phrases prononcées lors d'un discours à Marseille le 14 avril 2012 : « Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb ». Sur ces tracts, au fond vert en référence à l'islam, « Votons Mélenchon » et sa traduction dans un arabe approximatif étaient également inscrits. Avec ces faux tracts, les militants FN comptaient visiblement gagner des voix sur Jean-Luc Mélenchon en surfant sur la peur de l’étranger.

Le coprésident du Parti de gauche avait alors décidé de porter plainte pour « manœuvre frauduleuse » et publication d'un montage sans le consentement de l'intéressé contre Marine Le Pen mais aussi contre deux militants locaux du FN pris en photo en train de distribuer ces tracts.

La présidente du FN, qui ne fera pas le déplacement lors du procès, encourt un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende, ainsi qu'une peine d'inéligibilité. « L'inéligibilité est la seule sanction qui soit à la hauteur du délit », estime Me Raquel Garrido, l'avocate de M. Mélenchon. « Compte tenu de la période électorale nouvelle qui s'ouvre, municipales et européennes, la République doit dire à Marine Le Pen que ce type de comportement n'est pas acceptable », selon elle.

« Je crois que le dossier de M. Mélenchon est complètement vide », a jugé, de son côté, Me Wallerand de Saint-Just, l'avocat de la présidente du FN. « Il n'y a pas la moindre preuve de la participation de Mme Le Pen à la commission de l'infraction, que ce soit comme auteur principal ou comme complice », a-t-il asséné. Prise en flagrant délit, fin mai 2012, l’équipe de campagne de Marine Le Pen avait pourtant indiqué que sa candidate était au courant de cette opération de tractage. La justice devra trancher.

Mise à jour mercredi 11 décembre : Le procès a été renvoyé au 6 février 2014.
Les faux tracts du FN contre Jean-Luc Mélenchon.
Les faux tracts du FN contre Jean-Luc Mélenchon.