Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Etats-Unis : les musulmans solidaires des événements de Ferguson

Rédigé par La Rédaction | Samedi 25 Octobre 2014



Des centaines de musulmans ont affiché leur solidarité contre la discrimination et l’oppression, mercredi 22 octobre, à travers le hashtag #Muslims4Ferguson (Les musulmans pour Ferguson), ville du Missouri toujours sous tension trois mois après le meurtre de Michael Brown par un agent de la police.

La journée du 22 octobre était symbolique puisqu'elle marquait la sortie du rapport d’autopsie de Michael Brown. La Journée nationale de protestation était également observée à l’appel de la coalition Stop à la brutalité policière, à la répression et à la criminalisation d’une génération. « Trop de vies ont été perdues dans les communautés de couleur à cause de la criminalisation des corps noirs et foncés – qui sont tués et emprisonnés et maltraités à cause de leur peau noire… », explique le collectif #Muslims4Ferguson, crée en août dernier, sur Facebook.

Les musulmans étaient invités à rejoindre une discussion sur Twitter avec les imams Omar Suleiman, Dawud Walid, Suhaib Webb ainsi que es activistes des droits civiques Linda Sarsour et Mustapha Abdullah, pour discuter de ce que l’islam enseigne à propos de la solidarité et de la justice.

Les premiers éléments du rapport d’autopsie

Le rapport d’autopsie ne sera officiellement publié qu’à la fin de l’enquête mais des extraits ont filtré dans la presse américaine. Michael Brown aurait été blessé à la main par un projectile tiré à courte distance, appuyant la thèse d’une « dispute » à l’intérieur du véhicule de police entre le jeune homme et l’agent Darren Wilson. Michael Brown a ensuite été tué plus tard à l’extérieur de la voiture.

Le rapport ne fournit aucune explication quant aux raisons qui ont poussé l’agent Wilson à tuer le jeune homme. Ce dernier est suspendu pendant la durée de l’enquête mais il continue à toucher son salaire.

Lire aussi :
Mort de Michael Brown : Obama en retrait
Emeutes aux Etats-Unis après la mort d’un jeune afro-américain