Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Du soutien aux Rohingyas musulmans de Birmanie à Paris

Rédigé par | Dimanche 21 Avril 2013



Une manifestation en soutien aux Rohingyas - musulmans - de Birmanie a rassemblé près de 200 personnes à Paris, dimanche 21 avril.
Une manifestation en soutien aux Rohingyas - musulmans - de Birmanie a rassemblé près de 200 personnes à Paris, dimanche 21 avril.
A l’appel du collectif Halte au massacre en Birmanie (HAMEB), près de 200 personnes se sont mobilisées, dimanche 21 avril à Paris, pour dénoncer les persécutions dont sont victimes les Rohingyas, une minorité musulmane originaire de l’Etat d’Arakan (ouest) et apatride depuis 1982.

Les violences émanant de la population bouddhiste et des autorités birmanes se sont étendues ces dernières semaines aux musulmans ayant la citoyenneté birmane.

De la place de Clichy à Gare du Nord, les manifestants ont dénoncé, sous un soleil radieux, les exactions, le silence de Aung San Suu Kyi, qui avait pourtant obtenu prix Nobel de la paix en 1991, mais également celui des médias, qui ont massivement couvert les mobilisations autour du mariage pour tous.

« Qu’est-ce qui se passe ?, Un génocide ! Où ça se passe ? En Birmanie ! », criaient les présents, dont certains avaient des panneaux « Don’t kill me, I’m just muslim » (« Ne me tuez pas, je suis juste musulman ») et d'autres assimilant notamment les membres du mouvement extrémiste 969 à des nazis. Ce groupe birman a en effet lancé une véritable chasse aux musulmans dans le pays avec le soutien des moines. L’un d’eux, Wirathu, est d’ailleurs le leader du groupuscule.

Parmi les manifestants, on comptait quelques Rohingyas ainsi que des membres de la communauté bengalie. Des milliers de Rohingyas ont fui les persécutions pour se rendre dans les pays voisins, dont le Bangladesh où les conditions de vie des réfugiés sont exécrables.

Les Rohingyas, estimés au nombre de 800 000 par leHaut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), sont considérés par l'ONU comme l'une des minorités les plus persécutées au monde. Il n'en demeure pas moins que la communauté internationale reste sourde à leurs souffrances. Le collectif HAMEB et ses soutiens se sont engagés à faire résonner leurs voix auprès de l'opinion publique.

Lire aussi :
Birmanie : l’OCI, interdite d’entrer, revient à la charge
Birmanie : l'Etat impliqué dans les violences anti-musulmanes selon l'ONU
Birmanie : l'ONU peine à reconnaître le racisme anti-musulman
Birmanie : lettre ouverte à France 2 après le reportage sur Aung San Suu Kyi
La Thaïlande à l’œuvre d’un trafic humain de Rohingyas, le scandale
Tariq Ramadan: la fraternité, un impératif face au massacre de musulmans en Birmanie
L’exil ou la mort : les musulmans en Birmanie, en voie d’extermination
Birmanie : le Dalaï-lama et des leaders bouddhistes contre la répression des musulmans


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur