Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

De la Nation of Islam au wahhabisme : identité culturelle et religiosité chez les musulmans afro-américains

Rédigé par Baptiste Brodard | Lundi 7 Avril 2014

Pourquoi des Afro-Américains vivant dans les grandes villes du Nord-Est des États-Unis embrassent-ils l’interprétation wahhabite, alors que celle-ci tend à les détourner d’une approche de l’islam associée à la conscience identitaire afro-américaine? Une recherche de Baptiste Brodard porte un regard critique sur ce phénomène.



La mosquée Malcolm Shabazz à Harlem, auparavant "temple" de la Nation of Islam (puis "Mosquée N° 7"), sur le Malcolm X Boulevard. Malcolm X y prêcha jusqu'au moment où il quitta la Nation of Islam. C'est aujourd'hui une mosquée sunnite. (© 2006 Jeff C)
La mosquée Malcolm Shabazz à Harlem, auparavant "temple" de la Nation of Islam (puis "Mosquée N° 7"), sur le Malcolm X Boulevard. Malcolm X y prêcha jusqu'au moment où il quitta la Nation of Islam. C'est aujourd'hui une mosquée sunnite. (© 2006 Jeff C)
Les communautés afro-américaines des grandes villes du Nord-Est des États-Unis comprennent une importante population musulmane. Historiquement, l'identité islamique s'est d'abord implantée dans la culture afro-américaine par le biais de la Nation of Islam, organisation qui prônait la suprématie raciale et la libération de l’homme noir tout en s’appuyant sur une théologie hétérodoxe inspirée par l’islam. Suite aux réformes internes et aux changements structurels de la société américaine, les membres de cette organisation se sont majoritairement tournés vers un islam plus orthodoxe, qui dépasse les considérations raciales et qui prône désormais un message universel et unificateur.

Ces nouveaux musulmans se répartissent entre tendances idéologiques distinctes, dont certaines tendent à gagner une hégémonie. Dans les quartiers les plus défavorisés, le wahhabisme se présente comme le garant de l'islam orthodoxe, ou comme la seule voie salvatrice par opposition aux autres groupes islamiques, qualifiés de déviants. Un rigorisme religieux intransigeant, une tenue vestimentaire uniforme, un respect particulier pour les élites des pays arabes et une aspiration à l'exil dans un pays arabo-musulman sont les quelques signes qui témoignent de l'implantation de cette doctrine fondamentaliste aux États-Unis. Les épicentres du wahhabisme se retrouvent dans des zones particulièrement défavorisées et criminogènes, à l'instar de Newark dans le New Jersey ou de Philadelphie.

Cette étude rappelle les racines de l'essor de l'islam dans la communauté afro-américaine, avant d'identifier les facteurs explicatifs de l'affirmation du wahhabisme dans les ghettos et d'appréhender les enjeux culturels et identitaires soulevés par l’implantation de cette tendance dans le champ américain. Dans un deuxième temps, il cherche à cerner les limites de l’avancée du wahhabisme aux États-Unis en examinant vers quelle religiosité se tournent les musulmans afro-américains déçus ou en désaccord avec lui.

Chercheur indépendant sur l'islam et ses manifestations sociales, Baptiste Brodard est l'auteur d'un mémoire sur l'action sociale musulmane en région parisienne, soutenu dans le cadre d'un Master en sciences sociales à l'Université de Fribourg.

Pour lire l'étude « De la Nation of Islam au wahhabisme : identité culturelle et religiosité chez les musulmans afro-américains », parue dans Religioscope - Etudes et analyse, n° 11, mars 2014, cliquer ici

En partenariat avec :