Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

D'une génération à l'autre

« Minute de sens », par Hamza Braiki*

Rédigé par Hamza Braiki | Jeudi 24 Janvier 2013



Dans l’histoire, les faits marquants sont fortement liés à l’émergence de générations remarquables, singulières.

Que ce soit par un caractère commun, un bouleversement sociologique ou l’arrivée de nouveaux phénomènes, ces générations se sont repositionnées et ont rallumé le flambeau de l’humanité. Car c’est cela leur rôle : offrir aux femmes et aux hommes un renouveau, une nouvelle chance d’améliorer la condition humaine et de l’accompagner au progrès, une nouvelle vague, à l’écume surprenante, à l’effet certain.

Aussi, c’est la génération qui s’adapte le mieux à sa situation, à son environnement qui sortira son épingle du jeu. L’alternance des générations et de leur valeur ressemble au cycle pluvial, parfois salutaire, souvent source d’une vie nouvelle mais, hélas, parfois, funeste, génération dorée ou sacrifiée.

Chaque génération émerge accompagnée de ses défis, de ses idéaux et de ses excès.

Dans l’Histoire musulmane, le challenge relevé par les pionniers fut glorieux : diffuser cette lumière divine, résister à l’adversité, libérer les peuples. Ils nous laissèrent leur bravoure et leur piété en héritage, mais aussi la lourde tâche d’hériter de leur mandat. C’est d’ailleurs le testament prophétique qui fit de nous tous des enfants de Muhammad, avec la noble mission de bonifier son héritage et de le partager.

Dès la naissance, nous sommes projetés dans un avenir au moins aussi luisant que celui de nos parents par leurs invocations, leur clémence et leurs sacrifices. La lignée du sang est aussi centrale que celle de la foi. Dieu a d’ailleurs fait émerger des dynasties prophétiques, Imran, Maryam, Issa, Daoud, Sulayman et bien sûr Muhammad, descendant d’Ibrahim.

Mais si personne ne peut se prévaloir d’une si noble ascendance, tous doivent se pencher sur l’arbre généalogique. Après tout, comment savoir où l’on va si l’on ignore d’où l’on vient…

La succession peut-être une bénédiction comme un handicap. Néanmoins, nous pouvons arracher les mauvaises branches mais pas les mauvaises racines, il faut assumer un héritage parfois lourd et pourquoi pas greffer sur son arbre généalogique des boutures de vertus, de fidélité à Dieu.

Espérons qu’il en sorte des branches dorées, aux fruits savoureux et aux rameaux étendus.


* Hamza Braiki, généalogiste… de cœur, Lyon.